Centrafrique : difficile exil pour François Bozizé qui veut à tout prix rentrer dans son pays

0
240
Centrafrique : difficile exil pour François Bozizé qui veut à tout prix rentrer dans son pays

~L’exil n’a jamais été bonne chose, ni pour les riches, moins encore pour les démunis. On a beau amasser tant d’argent, on finira toujours avoir besoin de sa terre natale pour chuter. L’exemple pathétique est celui de l’ancien président François Bozizé Yangouvonda.

A la tête de la Centrafrique entre mars 2003 et mars 2013, soit dix ans (bien comptés), le général d’armée François Bozizé n’a pourtant pas connu un exil doré. Depuis sa fuite vers la Cameroun laissant le peuple centrafricain dans le désarroi, face à une rébellion puissamment armée, l’homme de Sassara (ancien QG de KNK) a toujours nourri l’envie de retourner en Centrafrique. Problème : Il est si facile de rêver que c’est parce que Touadéra a été propulsé premier ministre par Bozizé qu’il est trop fluide pour ce dernier de rentrer aisément s’asseoir dans sa villa de PK 11 (un quartier situé au Nord de la Capitale Bangui).

Les temps ont évolué et les contextes ne sont pas les mêmes. Le seul et unique problème de François Bozizé est son passé et ce qu’il représente réellement.

D’un, il est un chef militaire qui disposerait encore d’adeptes tant dans la capitale que dans les provinces du pays. Sa présence pourrait motiver plus d’un et cela pourrait déranger Touadéra.

De deux, l’homme est un assoiffé du pouvoir. Depuis les orteils jusqu’aux cheveux, les dix années passées au pouvoir sont devenues un véritable poison inguérissable. Touadéra ne sera pas à l’aise.

De trois, ses nombreux enfants qui faisaient la pluie et le joli temps à Bangui pourraient se revoir tout permis et continueront à soulever les épaules. Là aussi problème. Loin de tout cela, le fondateur de KNK continue les manœuvres. Il passe par le président congolais Denis Sassou Nguesso pour tenter une médiation. Mais le président Touadéra reste sceptique. A Nairobi où Bozizé se rend régulièrement, l’affaire n’a pu être dénouée. Bozizé exige un retour officiel à Bangui tandis que Touadéra, jaloux de son pouvoir (il a raison d’ailleurs) suggère à Bozizé de rentrer nuitamment en Centrafrique.

Soit par trafic ordinaire, soit par la ville de Zongo (côté RD Congo). François Bozizé dit niet et les pourparlers s’annoncent longs. Mais pourquoi Bozizé veut coûte que coûte rentrer à Bangui alors qu’un mandat d’arrêt international l’attend ? Que prépare-t-il réellement ? Personne ne sait pour l’heure, combien même il a vu son fils arrêté à Bangui et encore sous surveillance judiciaire. Nous pensons qu’il est temps de trouver des solutions face aux agitations de François Bozizé qui jure par tous les saints de rentrer en Centrafrique cette année. Car les nostalgiques de son pouvoir pourraient pourrir le contexte politique actuel. Toutefois, nous remarquons que le président Touadéra que l’on disait mou, faible, s’affirme petit à petit en conservant jalousement son pouvoir.

Chedly Joukov, Mbipatisiriri.com

LAISSER UN COMMENTAIRE