RCA: quand le choléra s’en mêle dans la crise militaro-politique

0
420
 RCA: quand le choléra s’en mêle dans la crise militaro-politique

Alors que le nouveau pouvoir centrafricain s’échine à panser les plaies de la longue crise politico-militaire qui a plombé le pays, voici qu’une épidémie de choléra vient de se déclencher dans le pays, à Ndjoukou, une sous-préfecture située en amont de la capitale Bangui, sur fleuve oubangui. Le premier bilan officiel faisant état de dix morts, on imagine aisément que la réalité peut se révéler plus importante que cela.

 

Surtout que la référence aux centres de santé n’est pas toujours la chose la mieux partagée dans ces contrées et d’autres où la maladie est d’abord considérée comme une malédiction, une «perturbation de la nature par des forces surnaturelles». Même pour cette affection dite «maladie des mains sales», il va falloir que le gouvernement engage une véritable course contre la montre pour apporter l’information salutaire aux populations.

 

Les principales structures sanitaires ayant été affectée par la crise de ces dernières années, il n’est pas évident que le Ministère de la santé dispose encore de relais efficaces et fiables pour mener la nécessaire sensibilité afin d’endiguer au mieux l’épidémie. En 2011, le même choléra avait fait une vingtaine de morts. On pouvait espérer que les autorités centrafricaines ont tiré leçon de cette première épreuve.

 

Mais hélas. Avec le difficile relèvement des structures publiques, il faut craindre que les dégâts ne soient plus importants qu’il y a cinq ans. Pour le président Faustin-Ange Touadera, il s’agit d’un vrai test que son gouvernement doit absolument réussir en prouvant que la Centrafrique n’est pas seulement de retour sur le plan politique, mais qu’elle aussi capable de se prendre, un tant soit peu, en charge sur le plan sanitaire.

 

Léo pour Mbipatisiriri.com

LAISSER UN COMMENTAIRE