~RCA : quelques pistes de réflexion pour des examens de baccalauréat sans polémiques

0
198
~RCA : quelques pistes de réflexion pour des examens de baccalauréat sans polémiques

Chaque année, le ministère de l’éducation nationale, par le service technique de la DEC (Direction des examens et concours), organise le baccalauréat technique et général sur tout l’ensemble du territoire. Mais depuis des décennies, le taux de réussite reste bas. Pour rappel, la session de Septembre 2014, le taux de réussite était de 4% seulement. C’est loin d’être acceptable pour la réputation de l’éducation nationale dans la sous-région.

Cette année encore, l’organisation de ces examens a mis une bonne partie des candidats en berne. En effet beaucoup parmi ces derniers ne se reconnaissent pas dans les notes qui leur sont attribuées. Pour eux, les notes seraient distribuées par laxisme. Cependant, plusieurs candidats se disent ne pas être en possession de leurs notes en épreuve physique et sportive (EPS) qui est remplacée par la note de zéro (0). Des candidats déjà admis en 2013 ont bizarrement réécouté leur nom pendant la proclamation des résultats de cette année.

Ce qui choque le plus, les candidats avec des notes supérieures ou égales à dix se retrouvent au second tour. Et comme si cela ne suffisait pas, certains candidats sont à la fois admis au premier tour et admissibles au second tour. Un véritable désordre et manque du sérieux.

Les explications de la DEC dans tout cela ?

Une erreur technique ! Mais en réalité, c’est un manque de professionnalisme et le refus d’entrer dans le monde du numérique quand on sait qu’au 21è siècle, une grande institution comme la DEC ne dispose d’aucun site internet pouvant servir de miroir pour ses activités. On dit souvent que l’erreur est humaine, mais persévérer dans l’erreur est diabolique.

Il est temps de rendre aux élèves travailleurs leurs notes. Le gouvernement est appelé à plus de fermeté pour que les responsables de tel acte de barbarie soient punis conformément à la loi. Enfin, disons que le système de travail adopté par la DEC doit être révisé et adapté à la nouvelle génération. Aussi, le gouvernement devra penser à revoir à la hausse le budget alloué à l’éducation pour rendre meilleur ce système éducatif centrafricain.

Wilfried Christian Tromo, Bangui

LAISSER UN COMMENTAIRE