CENTRAFRIQUE : LA SOLUTION EST-ELLE DE DEMANDER LE DEPART DE LA MINUSCA ?

0
175

Une fois de plus, une partie de la population centrafricaine vient de demander à la Minusca de quitter le pays. Un pays dont la moitié est occupée par des forces non conventionnelles.

Mais face à la montée populiste d’une société civile, l’on se pose la question de savoir si réellement cette fameuse société civile peut trouver une solution rapide pour le retour de la paix.

Début 2014, l’on se souvient encore d’une peuplade de morts qui jonchaient le sol banguissois à la merci des porcs et des chiens, qui pouvaient se régaler à satiété.

Les camps des déplacés étaient bandés du monde et la vie devenait difficile.

Tous les regards étaient tournés vers la France qui était obligée d’abroger le mandat de Michel Djotodia.

La solution, on le sait, la Sangaris arriva avec un contingent qui mettra en déroute une poignée d’hommes impliqués dans les tueries à Bangui.

Comme un aveugle qui ne sait quelle route prendre, la population centrafricaine va demander à la France de lever l’ancre sans chercher à mesurer les dessus de la crise centrafricaine.

La présence de la France ou encore de la Minusca a fait diminuer les tueries sur le territoire centrafricain.

La solution aujourd’hui n’est pas demander à la Minusca de quitter le pays quand on sait que la Centrafrique demeure encore un Etat fragile. Les Centrafricains doivent apprendre à prendre leur mal en patience et chercher à voir plus clairement dans la crise qui secoue leur pays.

Il est beau de rappeler le retour des FACA, mais une autre chose est que ces mêmes FACA sont impliqués dans certains actes qui n’honorent pas la Centrafrique.

L’armée centrafricaine manque cruellement d’hommes à poigne, capables de défendre jusqu’à la mort leur pays.

Les anciens présidents Patassé et Bozizé ont été renversés sous la barbe de ces mêmes Faca.

Rien ne montre aujourd’hui que ces FACA peuvent être source de bonheur des Centrafricains.

La société civile centrafricaine doit cesser d’amuser la galerie.

Elle a envoyé des banguissois à la boucherie sans mesurer les conséquences de ces actes sur les familles endeuillées.

Comment appeler au retour d’une force nationale alors que cette force n’est pas dotée d’armes ?

Le départ de la MINUSCA conduira la RCA tout droit au mur.

Les Centrafricains doivent comprendre qu’ils constituent en grande partie partisans de cette crise.

Ils doivent cesser de céder à la manipulation. Ceux qui les manipulent aujourd’hui sont aussi des bourreaux qui se cachent le visage.

Centrafricains, arrêtons de voir le problème au bout du nez. La société civile ne vous donnera pas à manger. La société civile ne réveillera pas vos morts. La société civile ne ramènera pas la sécurité.

Il y a une façon de demander des comptes à la MINUSCA.

 

La rédaction de Palmarès Centrafrique

LAISSER UN COMMENTAIRE