CENTRAFRIQUE : VILLE MORTE OU TENTATIVE DE COUP D’ETAT ?

0
153

Dix mois de gestion du pouvoir, dix mois de violences et des tentatives de renversement du pouvoir, et pourquoi ? A Bangui, la peur est partout et la population centrafricaine s’inquiète toujours du lendemain de son pays.

Après les récentes violences dans les provinces de la Centrafrique, la capitale vient une fois de plus d’être secouée par une vague de violence.

Tout est parti d’un appel à une ville morte. Lequel appel lancé par la société civile centrafricaine.

Hier 23 Octobre sur les ondes de la radio nationale, le ministre de la sécurité avait pourtant demandé à la population d’ignorer cet appel de la société civile demandant le départ de la Minusca.

Mais la journée du 24 Octobre a été secouée par la présence de plusieurs hommes en armes dans la capitale.

Aussitôt, les mouvements de la foule ont été dispersés par la Minusca qui a déployé plusieurs de ses hommes sur le terrain pour parer à toutes éventualités.

Comme d’habitude, certaines langues parlent d’une tentative de coup d’Etat visant le Chef de l’Etat centrafricain.

Quelques banguissois s’étonnent du fait que l’appel à une ville morte soit rapidement tourné en une pléthore d’hommes en armes dans la capitale.

Le gouvernement n’a par ailleurs pas réagi. Mais une source proche de la présidence se dit confiante de la situation.

Du côté de la Minusca, les efforts se déploient pour sécuriser la ville. Un de ses agents parle d’un retour rapide à la norme dans la journée de demain.

Les Centrafricains se disent exacerber par ce cycle de violences qui ne cessent de paralyser les activités en Centrafrique.

Les autorités de Bangui doivent rapidement trouver une issue à cette situation en  évitant tout acte de natures à déstabiliser le pays.

Quant aux Centrafricains, ils sont appelés à soutenir leurs autorités et faire preuve de patriotisme.

La rédaction de Palmarès

 

LAISSER UN COMMENTAIRE