La gouvernance climatique mondiale est partie pour une nouvelle étape de sa mise en œoeuvre

0
157

Lors de la période du « 12e Plan quinquennal », la Chine a diminué son intensité en carbone de 20% ; elle a optimisé davantage sa structure énergétique : ainsi, en 2015, la part des combustibles non fossiles dans sa consommation d'énergie primaire a atteint 12% ; le volume de son stock forestier a augmenté à 15,137 milliards de mètres cubes, atteignant en avance son objectif de volume de forêts pour 2020.

Avec son entrée en vigueur le 4 novembre, la phase juridique de l'« Accord de Paris » est arrivée à sa conclusion. A cette occasion, le Quotidien du Peuple a publié un article de commentaires, soulignant que l'« Accord de Paris » est un accord global, équilibré et ambitieux, et qu'il va établir un nouveau point de départ pour un processus multilatéral de gouvernance climatique mondiale, ainsi qu'une nouvelle vision du développement durable au niveau mondial.

Selon l'article, il s'est écoulé moins d'une année entre l'adoption de l'« Accord de Paris » et son entrée en vigueur, ce qui en a fait un des traités internationaux ayant enregistré le taux de ratification parmi les plus rapides au monde, beaucoup plus que prévu. Le processus, de la négociation à l'entrée en vigueur, a non seulement témoigné de la volonté et de la détermination des pays à travailler ensemble pour promouvoir une transformation à faible teneur en carbone et apporter une réponse commune au changement climatique, mais il servira également de référence pour d'autres domaines de la gouvernance mondiale, et inspire la confiance.

En tant que pays en développement responsable, la Chine a pris des mesures efficaces contre le changement climatique, participant activement à la gouvernance internationale sur le climat, et apportant une contribution constructive à la promotion d'une conclusion rapide de l'« Accord de Paris » et son entrée en vigueur rapide. Il n'y a pas longtemps, le Président Xi Jinping et le Président américain Barack Obama ont déposé les instruments de ratification de l'«Accord de Paris » entre les mains du Secrétaire général des Nations-Unies Ban Ki-moon, émettant un signal fort pour la promotion d'une entrée en vigueur rapide de l'« Accord de Paris ». Ban Ki-moon a souligné, à différents stades, les contributions historiques, fondatrices et essentielles apportées par la Chine au succès de l'« Accord de Paris » et de la Conférence sur le climat de Paris.

L'article souligne que la Chine adhère à un principe de développement innovant, coordonné, vert, ouvert et partagé, qu'elle a intégré la lutte contre le changement climatique dans la planification à long terme du développement économique et social national, donnant l'exemple pour la conservation de l'énergie au niveau mondial. Lors de la période du « 12e Plan quinquennal », la Chine a diminué son intensité en carbone de 20% ; elle a optimisé davantage sa structure énergétique : ainsi, en 2015, la part des combustibles non fossiles dans sa consommation d'énergie primaire a atteint 12% ; le volume de son stock forestier a augmenté à 15,137 milliards de mètres cubes, atteignant en avance son objectif de volume de forêts pour 2020. Ces avancées démontrent la détermination de la Chine à prendre des mesures concrètes pour lutter contre le changement climatique, et permettent à la communauté internationale de ressentir toute la sincérité et la capacité de la Chine à remplir ses obligations et à apporter davantage de contributions.

Enfin, l'article souligne qu'avec l'entrée en vigueur de l'« Accord de Paris », orientée sur « le passage à l'action », le monde entre dans une nouvelle étape, où il va pouvoir constater si les parties honoreront ou non leurs engagements, et encourageront activement ou non l'achèvement de leurs objectifs d'autonomie nationale. Il faut désormais espérer que toutes les parties consolideront, maintiendront et développeront l'esprit de coopération gagnant-gagnant que la Conférence sur le climat de Paris a démontré, et poursuivront, avec la plus grande sincérité et la plus grande cohésion, leur chemin vers un processus de gouvernance mondiale.  

Zhongsheng, Quotidien du Peuple  
 

LAISSER UN COMMENTAIRE