Tuberculose: Plus de 30.000 cas enregistrés au Maroc en 2016

0
547

Un total de 31.542 cas de tuberculose, toutes formes confondues, ont été enregistrés au Maroc durant l’année 2016, a indiqué le ministère de la Santé dans un communiqué.

Le poumon est le lieu privilégié de la tuberculeuse, représentant ainsi près de la moitié des cas enregistrés, soit 47 % des tuberculoses pulmonaires contre 53 % des localisations extra-pulmonaires, a précisé le ministère à l’occasion de la journée mondiale de la tuberculose.

Au Maroc, la tuberculose est plus fréquente chez l’homme que chez la femme, précise le communiqué, notant que les personnes âgées entre 15 et 45 sont les plus touchées, soit 63 %.

Selon les données du ministère, 87 % des cas ont été rapportés par 6 régions, correspondant à 78% de la population nationale. Il s’agit des régions de Casablanca-Settat, Rabat-Salé-Kenitra, Tanger-Tétouan-Al Hoceima, Fès-Meknès, Marrakech-Safi, Souss-Massa.

L’analyse de la situation épidémiologique de la tuberculose et de sa dynamique au Maroc confirme l’influence importante des déterminants socio-économiques sur l’incidence de cette maladie. Etant intimement liée à la pauvreté, à la précarité, à la malnutrition, à l’habitat insalubre et à la promiscuité, la tuberculose est fortement concentrée au niveau des zones périurbaines des grandes agglomérations.

De par son importance, le ministère de la Santé a inscrit la lutte antituberculeuse comme priorité et cela s’est traduit par l’augmentation significative du budget annuel alloué au Programme national de Lutte antituberculeuse (PNLAT), qui est passé de 30 millions de DH en 2012 à 60 millions de DH en 2016, en plus de l’appui financier du fonds mondial de lutte contre le sida la tuberculose et le paludisme chiffré à prés de 85 millions de DH sur la période 2012-2017.

Cela a permis de réaménager les Centres de diagnostic de la tuberculose et des maladies respiratoires, de les équiper en appareils numériques de radiologie et en technologie de pointe basée sur la biologie moléculaire, tout en assurant la gratuité de toutes les prestations sanitaires à tous les patients tuberculeux.

Grace à ces efforts, le PNLAT a réalisé des progrès importants en détectant de plus en plus de cas et en maintenant à plus de 86% le taux de succès thérapeutique depuis 1995.

Aussi, et bien que l’incidence estimée par l’OMS ait baissé d’une moyenne annuelle de 1,1% entre 1990 et 2015, cette baisse reste lente et en deçà des aspirations, tant les déterminants de la maladie sont multiples et se rapportent essentiellement aux conditions socio-économiques.

De ce fait, les actions à entreprendre, en vue de réduire significativement l’incidence de la maladie, doivent dépasser le domaine médical pour cibler ces déterminants, dans le cadre d’efforts conjugués des départements ministériels concernés, des collectivités territoriales et de la société civile.

En outre, le communiqué fait savoir que le plan stratégique national de lutte antituberculeuse 2017-2021 est en cours de finalisation par le ministère de la Santé et ses partenaires institutionnels et de la société civile. Ce plan s’articule parfaitement avec l’initiative mondiale de l’OMS dite « Stratégie pour mettre fin à la tuberculose 2016-2035 », ainsi que son plan mondial 2016-2020.

Parmi ses objectifs stratégiques figurent la réduction du nombre de décès liés à la tuberculose de 40% en 2021 par rapport à l’année 2015, l’augmentation du nombre annuel de cas détectés à 36.300 à l’horizon de 2021, la réalisation d’un taux de succès thérapeutique d’au moins 90% à partir de 2018.

C’est dans ce contexte que le ministère de la Santé, en collaboration avec la région Tanger-Tétouan-Al Hoceima, la Ligue marocaine de lutte contre la tuberculose (LMLCT) et d’autres partenaires, célèbre la journée mondiale de lutte contre la tuberculose de 2017 sous le thème « Régionalisation avancée : nouveau levier de lutte contre les déterminants socio-économiques de la tuberculose », dans l’objectif de renforcer la dynamique de partenariat déjà en marche et d’assurer une meilleure implication des collectivités territoriales.

Par la même occasion, le ministère profite de cette journée pour lancer la quatrième compagne nationale de dépistage de la tuberculose, en partenariat avec la LMLCT, SOS Tuberculose et Maladies Respiratoires, les autres ONG œuvrant dans la lutte contre la tuberculose et les départements ministériels concernés.

Cette compagne, qui se déroulera du 27 mars au 28 avril 2017, vise à renforcer le diagnostic précoce de la tuberculose et assurer l’accès au traitement aux groupes de populations à haut risque.

Cette année, pour la deuxième année consécutive, l’OMS célèbre la journée mondiale de lutte contre la tuberculose sous le slogan « S’unir pour mettre fin à la tuberculose », appelant à un meilleur engagement politique et social pour mettre fin à la tuberculose d’ici 2030, conformément aux Objectifs de Développement Durable des Nations Unies (ODD).

LAISSER UN COMMENTAIRE