Haut Mbomou: urgence d’appuyer les ONGs locales

0
636

Le haut Mbomou est l’une des seize préfectures qui composent la République Centrafricaine.

Située à l’extrême Est de ce pays d’Afrique centrale, le haut Mbomou connait depuis quelques années, de réelles difficultés humanitaires.

Les écoles ne sont pas fonctionnelles dans certaines sous-préfectures du haut Mbomou, les routes impraticables, le manque d’eau, bref, la liste est langue.

En plus, la région est en proie à l’insécurité. Le groupe sanguinaire la LRA y est active depuis bientôt cinq ans sans être inquiétée.

Les populations sont terrorisées et certains villages du haut Mbomou sont entièrement dévastés par cette nébuleuse rébellion qu’est la LRA.

Ces urgences poussent les ONGs locales à déployer d’énormes efforts pour essayer de venir à bout de la LRA et de tenter d’apporter quelques solutions aux populations.

L’ONG CALL (comité local de lutte contre la LRA) est l’une de ces ONGs locales qui ne cessent d’informer, d’assister et d’appuyer des aides aux populations.

Le mois dernier, le CALL a effectué une descente à Bambouti, une des sous-préfectures du haut Mbomou pour visiter les refugiés sud-soudanais dans la localité.

Leurs besoins ont été identifiés par l’ONG et des plaidoyers ont été faits pour pallier aux urgences de l’heure.

A côté, le CALL fait de sérieux travail sur le terrain. Il a réhabilité plusieurs écoles dont l’inspection académique d’Obo et distribué des kits aux élèves.

Notons que dans certaines villes du haut Mbomou, l’école a disparu, laissant place aux travaux champêtres et aux aventures des groupes armés de tout genre.

Nous soulignons également le réaménagement des puits et des pompes par ce comité local. Grâce au CALL, des milliers de personnes bénéficient d’eau potable à Obo comme dans ses périphéries.

Avec l’appui de la MINUSCA qui appuie cette ONG locale, les populations du haut Mbomou sont un peu soulagées. Mais le gros reste toujours à faire.

Pour Abel Désiré MBOLIFOUEFELE, coordonnateur de cette structure «  il y a d’énormes besoins humanitaires dans le haut Mbomou. Nos écoles doivent rouvrir pour donner la chance à nos enfants de bénéficier d’une scolarité réussie » a-t-il témoigné au micro de PALMARES CENTRAFRIQUE.

Le CALL compte élargir ces interventions, car d’énormes besoins humanitaires attendent toujours.

Les agences onusiennes sont appelées à appuyer cette ONG qui ne cesse d’apporter d’aides conséquentes aux populations démunies.

Saint-Régis ZOUMIRI 

LAISSER UN COMMENTAIRE