ALLOCUTION DU PRESIDENT TOUADERA A L’OCCASION DU GRAND RAPPORT DES FORCES DE DÉFENSE INTÉRIEURE A LA PLACE D’ARMES LINGOUPOU

0
184

Monsieur le Premier ministre, Chef du Gouvernement ;
Monsieur le Ministre de l’Intérieur, de la Sécurité Publique et de l’Administration du Territoire ; Messieurs les membres du gouvernement ;
Mon général Directeur de la Gendarmerie Nationale ;
Monsieur le commissaire Directeur général de a Police Centrafricaine.
Mesdames et Messieurs les officiers, Sous-Officiers et Gardiens de la Paix.
Mesdames et Messieurs, distingués invités ;
Je suis venu ici ce matin à la place d’armes de la gendarmerie, pour vous saluer et vous encourager dans l’exercice de vos missions souvent difficiles et périlleuses.
Depuis le début de la crise que nous avons connue, les forces de police et de gendarmerie sont toujours présentes sur tous les fronts que ce soit de jour ou de nuit.
Malgré les difficultés de tous ordres, nos policiers et nos gendarmes font preuve d’un professionnalisme de chaque instant, et d’un dévouement constant.
Ce sont eux, policiers et gendarmes, qui se trouvent le plus souvent exposés, victimes d’actes de violence de toutes sortes, parfois d’une extrême gravité, je pense à nos gendarmes qui ont perdu la vie il y a de cela quelques mois à Grimari lorsqu’ils étaient de retour de Bambari, au seul motif qu’ils portent l’uniforme et incarnent l’autorité publique.
L’année dernière ce sont quelques policiers qui ont été pris en otage pendant plusieurs jours dans l’une des parties de la capitale alors qu’ils étaient de service.
Aussi, mon devoir, c’est non seulement de soutenir nos forces de sécurité, de leur exprimer notre gratitude, celle de la Nation, mais de leur donner les moyens d’agir.
Dans cette logique, j’ai instruit le gouvernement d’organiser la Police et la Gendarmerie en vue de la reprise effective de leurs missions régaliennes qui sont entre autres, d’assurer la protection des personnes et des biens, de poursuivre graduellement le redéploiement des Forces de Sécurité Intérieure à l’intérieur du pays et de les doter en moyens de travail adéquats c’est-à-dire en moyens roulants, en armements et l’habillement en uniformes et attributs adéquats.
Grâce aux efforts du gouvernement et à l’appui des partenaires au développement quelques réalisations ont été faites.
Dans la continuité de ces actions, nous voici aujourd’hui à la place d’Armes « Martin Lingoupou » pour doter les Forces de sécurité Intérieures en tenues et autres effets militaires acquis sur le budget de l’Etat. La tenue, comme vous le savez, incarne l’autorité et la souveraineté.
Par conséquent, il convient de vous rappeler que le port des tenues disparates est formellement interdit.
Aussi, conscient des difficultés que vous rencontrez quotidiennement dans l’exercice de vos missions, je vous exhorte à travers ce geste symbolique à observer scrupuleusement les prescriptions réglementaires relatives aux tenues.
En ceci, vous devrez être des exemples de dignité, de solidarité et de cohésion non seulement dans vos corps respectifs, mais encore entre toutes Forces de Défense et de Sécurité.
Par la même occasion, je vous demande de préserver l’observation de la discipline, de la disponibilité permanente, du courage et du dévouement afin de garantir la sécurité de la population entière.
Aux supérieurs hiérarchiques, je demande de veiller au respect des prescriptions disciplinaires sans lesquelles nos forces ne mériteraient pas leur appellation de premiers citoyens exemplaires.
Mesdames et Messieurs, distingués invités,
Tant à la Gendarmerie qu’à la police se pose la question des effectifs et il y a toujours de fortes attentes concernant l’augmentation du nombre de nos gendarmes et policiers pour garantir au mieux la sécurité et l’ordre public.
Nous sommes en train d’y répondre, puisque j’ai autorisé le recrutement de 250 gendarmes et 250 policiers pour la sécurité publique.
Ces chiffres qui paraissent faibles s’expliquent essentiellement par le nombre réduit de nos infrastructures d’accueil à l’Ecole Nationale de la Police et de la Gendarmerie.
Nous continuerons de ce pas pour que dans les années à venir la question des effectifs soit résolue en partie.
Concernant les moyens roulants, je sais que dans un passé récent et même il y a quelques mois, des véhicules ont été donnés à la Police et à la Gendarmerie grâce à l’appui de nos partenaires telle l’Union Européenne.
Le constat général qui s’impose et qu’il convient de relever est que ces véhicules sont souvent très mal entretenus, d’ailleurs plusieurs d’entre eux ne sont plus en état de marche puisque mal utilisés.
Je demande au Ministre en charge de la Sécurité Publique de prendre toutes dispositions en rapport avec les Directeurs généraux de la Police et de la Gendarmerie pour arrêter cet état de choses.
Je veux, enfin, dire que les gendarmes et les policiers doivent être exemplaires.
Ils doivent l’être parce qu’ils représentent la République et c’est une très grande responsabilité qui oblige et qui ne souffre d’aucun manquement aux règles de l’éthique et de la déontologie.
Nous vivons dans une société où le respect de l’autorité ne va plus de soi, où il faut que l’autorité elle -même puisse être établie et qu’elle puisse elle-même susciter le respect.
Par conséquent, l’action de la police et de la gendarmerie doit être à tout instant légitime, c’est à dire qu’elle doit être impartiale et juste, reconnue et vécue comme telle.
C’est ainsi qu’elle contribue à la paix publique et inspiré confiance.
Les forces de l’ordre sont républicaines, elles sont respectueuses des lois qu’elles contribuent à faire appliquer, car il n’y a de loi, si elle n’est pas mise en oeuvre, si elle n’est pas elle-même respectée. Ce sont les forces de sécurité qui en ont la lourde responsabilité.
Les forces de l’ordre sont gardiennes des libertés et de nos valeurs les plus fondamentales.
Je ne veux plus entendre que certains de bons éléments de la gendarmerie et de la police agissent en violation de ces règles républicaines.
Voilà le message que je suis venu vous livrer ce matin.
L’Etat sait ce qu’il doit à la police et la gendarmerie.
Il se mobilise pour leur donner le minimum nécessaire à l’accomplissement de leurs missions.
Je vous remercie.

LAISSER UN COMMENTAIRE