RCA : DIDACIEN KOSSIMATCHI REND MECKASSOUA ET DEBY RESPONSABLES DU CHAOS DANS LE PAYS

0
138

Cette fois, le président du comité de soutien au Président Touadéra a été loin, très loin dans ses propos. A un moment où les réseaux sociaux sont inondés des annonces d’un imminent coup d’état dans le pays, M. Didacien Kossimatchi n’hésite pas à indexer le président de l’assemblée nationale M. Abdou Karim Méckassoua, premier responsable du chaos en Centrafrique « le président de l’assemblée nationale, qui a longtemps tué les Centrafricains avec ses acolytes comme Ali Darass et Zoundéko, continue son combat malsain. Il n’est qu’un tueur, un assassin qui veut coûte que coûte arriver au pouvoir en versant le sang des Centrafricains » pouvait-on lire dans les propos de M. Didacien Kossimatchi.

Aussi, le président du comité de soutien au président Faustin Archange Touadéra accuse également quelques éléments des forces armées centrafricaines (FACA) d’être de connivence avec les forces négatives dans le plan de déstabilisation du pays « ils sont là, ces FACA qui se laissent manipuler par Déby et autres. On les connait et on suit de près leurs mouvements. Dans le Sud comme au Nord de la capitale, on nous rapporte tout ce qu’ils font quotidiennement pour renforcer le pouvoir de Bangui qui est un pouvoir légal » a poursuit M. Didacien Kossimatchi.

Il se dit serein et appelle les Centrafricains à la vigilance, car dit-il « les gens sont déterminés à aller plus loin dans leur plan machiavélique ».

Dans un ton sévère et un visage serré, M. KOSSIMATCHI jure de tout faire pour défendre le pouvoir de Bangui, lui et ses compatriotes du comité de soutien et tous les Centrafricains épris de la question de paix dans leur pays.

«  Bientôt, leurs noms seront dévoilés, tous ces militaires qui se prêtent à ces jeux. Le président de la République se bat pour les réarmer et ils veulent encore que les Centrafricains retournent à ces moments sombres. Je ne dis pas que tous les FACA sont dans ce jeu, mais quelques uns. Nous les citerons un à un et ceux-là répondront de leurs actes devant la loi » rétorque-t-il.

Aussi, M. KOSSIMATCHI menace d’appeler toutes les victimes de la crise centrafricaine, c’est-à-dire ceux qui ont perdu maisons et bien d’autres biens à ériger la concession de l’assemblée nationale en un camp de déplacés habituellement appelé « leadger ». Ceci, dit-il, pour dire à M. MEKASSOUA que  « les Centrafricains en ont assez de ses jeux troubles »/.

Affaire à suivre….

La rédaction

LAISSER UN COMMENTAIRE