Dortmund mise sur un « effet Heynckes »

0
207

Le Borussia Dortmund est parti chercher chez son ennemi juré, le Bayern Munich, la solution qui, espèrent-ils, viendra sauver leur saison.

Après un début de saison sur les chapeaux de roue, les Jaunes et noirs ont trébuché pour ne plus se relever, ce qui a conduit au renvoi de leur entraîneur Peter Bosz, remplacé par Peter Stöger.

De son côté, le Bayern Munich a connu des débuts très laborieux et après sept matchs il comptait quatre points de retard sur Dortmund. Cela a poussé la direction du club bavarois, connue pour ne se séparer de ses entraîneurs qu’en dernier recours, à réagir.

L’Italien Carlo Ancelotti a été remplacé par l’ancien entraîneur Jupp Heynckes qui, à 72 ans, est sorti de sa retraite le temps d’une saison. Et les résultats ne se sont pas fait attendre : 15 victoires en 16 matchs, dont neuf en championnat.

Cela a permis au Bayern de s’octroyer une confortable avance de 11 points sur le numéro 2 du championnat, Schalke 04, au moment de la trêve hivernale. Dortmund suit juste après, à deux points de Schalke.

Mais sous Stöger, Dortmund a remporté ses deux matchs de championnat et a impressionné en Coupe d’Allemagne, malgré sa défaite 2-1 à Munich. Si l’ancien entraîneur de Cologne parvient à motiver ses joueurs aussi bien que Heynckes le fait, le Bayern devra se surpasser s’il veut remporter un 6ème titre consécutif de Bundesliga.

L’international allemand Marco Reus s’est dit confiant dans les capacités de Stöger. « Il est très ouvert et ambitieux. Les entraînements sont un vrai plaisir. »

La rivalité entre Dortmund et Munich n’est pas le seul enjeu de cette deuxième moitié de championnat car la course pour une place en Ligue des champions n’a jamais été aussi serrée.

Deux petits points séparent le 8ème  du championnat, l’Eintracht Francfort, de Dortmund tandis que le Bayer Leverkusen, le RB Leipzig et le Borussia Mönchengladbach sont tous à 28 points. Comme Dortmund.

La course au titre de meilleur buteur se joue une nouvelle fois entre l’attaquant de Dortmund, Pierre-Emerick Aubameyang, et celui du Bayern, Robert Lewandowski.

A la chasse aux buts

Le buteur polonais est actuellement en tête avec 15 buts, soit deux de plus que l’international gabonais dont on annonce le départ de Dortmund. Les médias l’ont dit partant pour le club chinois Guangzhou Evergrande.

Dortmund a balayé cette rumeur du revers de la main. Son PDG, Hans-Joachim Watzke, a déclaré : « Tant qu’Aubameyang jouera pour nous, il y aura toujours de telles rumeurs ».

Un joueur qui par contre a changé de club, mais dans la direction opposée, est Anthony Ujah, dont le séjour au sein du Chinois Liaoning Whowin a tourné court après 18 mois alors que son contrat était de trois ans. L’international nigérian a signé pour Mayence 05 et célébré son retour en Bundesliga avec un but lors d’un match amical contre le club suisse FC St-Gall.

L’autre Super aigle à avoir trouvé le chemin des filets est Victor Osihem qui a marqué pour Wolfsbourg, vainqueur de son match contre St. Pauli. Le jeune international guinéen a connu un début de deuxième saison en Bundesliga frustrant car il n’arrivait qu’en troisième position dans l’ordre des attaquants derrière les internationaux belge Divock Origi et allemand Mario Gomez.

Il se dit pourtant confiant dans ses chances de voir sa situation s’améliorer. « J’ai été patient et maintenant j’en récolte les fruits car je suis impliqué dans les matchs et plus seulement sur le banc. Ça va aller mieux, » affirme-t-il.

Et ce n’est pas seulement ce but contre St. Pauli qui rend optimiste le jeune attaquant de 19 ans. A la surprise générale, Wolfsbourg a vendu Gomez à Stuttgart durant la trêve, ce qui fait d’Origi son seul rival pour une titularisation.

Mais tandis qu’Osihem attend encore l’occasion de briller, le vétéran Salomon Kalou a pu faire montre de ses talents au Hertha Berlin, pour lequel il a marqué quatre buts lors des trois derniers matchs avant la trêve.

Puis il est allé passer les fêtes avec des orphelins de son pays natal, la Côte d’Ivoire. « Je suis un footballeur et dans la position où je joue, marquer un but c’est tout à fait normal c’est mon job… Mais donner du sourire, c’est pas évident et ça pour moi c’est plus important que marquer un but. »

De nombreux joueurs africains brillent dans leurs clubs, à l’image de Chadrac Akolo à Stuttgart, de Naby Keïta à Leipzig ou des frères Sané, Salif et Lamine, qui jouent respectivement à Hanovre et Brême.

« Depuis longtemps, les clubs de Bundesliga ont pour habitude d’aligner d’excellents joueurs africains et cette saison n’y fait pas exception, » remarque Cole He Xin, le directeur des sports de StarTimes.

Le groupe StarTimes diffuse la Bundesliga en direct et en exclusivité à travers l’Afrique et a acquis les droits de la Coupe du monde 2018.

« Nous sommes heureux d’offrir la Bundesliga aux fans africains de tout le continent et on comprend aisément pourquoi elle est si populaire en Afrique. »

StarTimes

StarTimes est le premier opérateur de télévision numérique en Afrique, avec près de 10 millions d’abonnés et un signal couvrant tout le continent. Son réseau de distribution massif est composé de 200 salles de marque, de 3000 magasins de proximité, et de 5000 distributeurs. StarTimes possède sa propre plate-forme de contenus variés, avec ses 480 chaînes autorisées allant des chaînes d’informations à celles de cinémas, de séries, de sport, de divertissement, de programmes pour enfants, etc. La vision de l’entreprise est de « Permettre à chaque famille africaine d’être capable de s’abonner à la télévision numérique et d’en jouir », en combinant les systèmes de télévision numérique terrestre et par satellite pour fournir une plate-forme numérique sans fil, à la fois ouverte et sûre. StarTimes dispose d’un service de transmission de signal robuste pour les radiodiffuseurs publics et privés, et offre aux consommateurs des programmes exceptionnels de TV payante, des services multimédia mobile et de connectivité Internet, mais également des services en ligne comprenant un guide TV, la diffusion en direct de matchs de football et des espaces de discussion.

David Courbe

LAISSER UN COMMENTAIRE