ASSEMBLEE NATIONALE : LE CABINET DU PAN A CONNU UN GRAND SEISME

0
432

C’est avec surprise que les Centrafricains médusés ont appris le mouvement partiel qu’a connu le cabinet du Président de l’Assemblée Nationale le vendredi dernier.  Ce mouvement s’est opéré au moment où l’Assemblée Nationale se prépare pour l’ouverture de la session budgétaire de l’année. Une session à haut risque pour le Président de l’Assemblée Nationale Abdou Karim Meckassoua qui est menacé de destitution par une majorité des députés qui l’accusent pour fausse promesse.

Il apparaît vraisemblablement que le climat est  de plus en plus délétère  au sein du cabinet du PAN ces derniers temps avec des scandales financiers ayant conduit au limogeage par arrêté du PAN de Dame Agnès DECKONO. Lequel arrêté a été contrarié par le Conseil d’Etat, sommant le PAN de revenir sur sa décision jugée de cavalière.

De cette affaire, l’image de marque du PAN a été plus que jamais écornée et il y régnait au sein même de son cabinet un climat de méfiance. De sources concordantes, il semblerait que le PAN reprochait à certains de ses collaborateurs leur manque de loyauté. Et cette décision que vient de prendre le PAN pour se séparer de certains de ses proches prouve à suffisance que, comme on le dit « le loup est dans sa bergerie ».

Mais pour certains observateurs de la vie politique, ce n’est qu’une partie remise pour ceux qui ne connaissent pas assez Meckassoua jugé trop imprévisible. Et ses affidés viennent d’apprendre à leurs dépends ce côté biscornu de ce dernier à qui il ne faut jamais lui vendre son âme.  La plupart des amis de lutte de Meckassoua s’accordent sur son ingratitude et affirment qu’elle est même la cause de son échec cuisant lors de la dernière présidentielle. Ce n’est pas l’ancien ministre Elie OUEFIO qui nous démentira.

C’est dire que le limogeage de Idriss Salao, Christian GUENEBEM etc. est un avertissement pour les autres adeptes du gourou MECKASSOUA. D’après les informations ayant connu l’ombre d’une démonstration convaincante, la pétition pour la destitution du PAN a déjà requis la majorité des signatures des Députés. Et d’ici le début de la prochaine session, son sort va être réglé. Selon ces mêmes informations, certains des membres du cabinet du PAN qui se sont vus rétrogradés lors du récent mouvement envisagent  de rendre leur démission au despote MECKASSOUA.

En attendant le danger qui guette MECKASSOUA, sachons le maintenant que la première heure blesse et la dernière heure tue.

Pétrus KOUSSALA

LAISSER UN COMMENTAIRE