Attaque de l’Eglise de Fatima: l’Honorable Davy. V Yama monte au créneau

0
453

Il est l’une des rares personnalités politiques de l’heure à lever la voix pour condamner l’attaque contre la population civile réunie dans l’église Notre Dame de Fatima. L’honorable Davy Victorien YAMA, député de KOUANGO I n’est pas passé par le dos de cuillère pour appeler une fois de plus le gouvernement centrafricain à prendre pleinement ses responsabilités en protégeant la population centrafricaine.

COMMUNIQUE DE PRESSE

 

La journée du 1er Mai de cette année, fête de travail célébrée dans le monde entier, a été endeuillée en République Centrafricaine par l’effroyable attaque de l’Eglise Notre Dame de Fatima, à  Bangui, qui abritait la cérémonie de la fraternité Saint Joseph.

Une fois de plus, cette violence d’une rare ampleur, que nous condamnons avec la dernière énergie, a causé de nombreuses pertes en vies humaines, dont la mort brutale de l’infatigable homme de paix l’Abbé TOUNGOUMALE BABA Albert et plusieurs dizaines de blessés parmi de paisibles citoyens innocents.

Face à ce énième drame, nous déclarons et disons que   « TROP C’EST TROP ! TROP C’EST TROP ! »

Il y a eu trop de victimes innocentes, trop de morts, trop de larmes, trop de blessés, trop de personnes déplacées, trop de pertes à Bangui,  à Bangassou, à Bria, à Bambari, à Mobaye, à Ippy, à Alindao, à Bandoro, à Kouango, à Kabo, à Koui et dans les petits villages de la RCA sous le regard impuissant de notre gouvernement et devant la passivité notoirement délibérée de la MINUSCA censée assurer la protection de la population civile.

Nous ne pouvons plus et ne devons plus accepter que le sang des centrafricains continue de couler sur la terre de BOGANDA.

Nous disonsOUI au dialogue,OUIà la MAIN TENDUE.

Mais NON au dialogue avec des groupes criminels,

NON au dialogue avec ceux qui y vont armés jusqu’aux dents en semant la mort, la désolation et le chaos sur leur passage,

NON au dialogue avec ceux qui n’ont incontestablement aucun respect pour la vie humaine, ni pour les autorités et institutions de la République démocratiquement mises en place pour incarner le retour irréversible à l’ordre constitutionnel,

NON au dialogue avec ceux qui ne tiennent et ne tiendront jamais leurs engagements parce qu’ils veulent manifestement l’anéantissement de la nation centrafricaine dans sa configuration actuelle : une, indivisible et riche de sa diversité.

PLUS QUE JAMAIS, IL EST TEMPS pour le gouvernement et la Communauté Internationale, plus particulièrement la MINUSCA de :

–          Se résoudre à combattre énergiquement et éradiquer définitivement tous ceux qu’ils qualifient honteusement de bandits, mais de véritables ennemies de la paix qui continuent de prendre en otage tout le peuple centrafricain ;

–          Tout mettre en œuvre pour étouffer dans l’œuf le projet funeste d’expansion de l’intégrisme radical et du djiadisme islamiste  en République Centrafricaine ;

–          Organiser dans un bref délai un dialogue inclusif avec toutes les forces vives de la nation.

PLUS QUE JAMAIS, IL EST TEMPS  pour la communauté nationale, les filles et fils de Centrafrique, d’ici ou d’ailleurs, de se lever comme un seul homme et se mobiliser pour la défense de notre patrie en danger, de combattre les forces du mal, ennemies de la nation centrafricaine.

Ayant une pensée émue pour les victimes de ce drame, nous exprimons nos vives condoléances et notre profonde solidarité à toutes les familles, amis et connaissances éprouvés et plus particulièrement à la grande famille de KOUANGO qui vient de perdre un de ses vaillants fils en la personne de l’Abbé TOUNGOUMALE  BABA  Albert.

Fait à Bangui, le 02 mai 2018

Honorable Davy Victorien YAMA

Député de Kouango 1

Vice – président du Parti de l’Unité Nationale (PUN)

 

LAISSER UN COMMENTAIRE