Bangassou: la Minusca perquisitionne la maison du député de Bangassou 2 et tue une personne

0
2154

A

Monsieur l’officier des affaires politiques,

Division des affaires politiques

Bureau régional Minusca-Bangassou

 

Objet : Requête relative à la perquisition de Maison par Minusca avec mort d’homme

Monsieur l’officier

L’honneur m’échoit de venir par la présente vous formuler une requête relative à la perquisition de ma maison à Bangassou avec mort d’homme/.

Le jeudi 03 Août 2017, une mission conjointe menée par les contingents marocains et les bangladais a perquisitionné ma maison à Bangassou au quartier Bangui-ville. Au cours de cette opération Monsieur KOUBAYO Olivier âgé de 33 ans, père de 11 enfants a été tué par balle ; messieurs MOUSSA NGANA Marcellin et BALINGUI Charmelin respectivement chef de cantonnement forestier de Bangassou et élève ont été arrêtés et maintenus aux locaux de la Minusca.

Arrivé en mission de paix, conduite par la ministre des affaires sociales et de la réconciliation nationale, j’ai demandé rendre visite aux miens, le bureau me l’a refusé. Je relève qu’il est du droit que les responsables de la mission ou de la détention aient l’obligation de communiquer aux parents des détenus, les informations sur leur santé et la raison de leur détention.

Par ailleurs, en règles humanitaires il est de principe de respecter la population et les biens civils, d’attaquer que les combattants ennemis et les objectifs militaires, de ne pas utiliser de violence disproportionnées par rapport à la maison de ne pas commettre de brutalités, ni tortures mentales ou physiques, de les traiter humainement et assurer leur protection.

J’ai ma lecture de telle mission barbare à dessein. C’est pourquoi je demande

  • Qu’est ce que la MINUSCA me reproche pour avoir conçu contre ma personne cette mission pour que j’en perde un des miens ?
  • Qu’est ce que la MINUSCA reproche à MOUSSA NGANA et BALINGUI pour les avoir détenus sans assistance et visite depuis plus de 72 heures ?

J’ai pu noter dans la communication du bureau que les informations et témoignages sont à possession que j’héberge des anti-balaka.

Ainsi, je demande

  • Un rapport circonstancié et nominatif mettant en exergue les faits, les indices et les noms des témoins et agents de renseignements ;
  • La libération de MOUSSA NGANA Marcellin et BALINGUI Charmellin
  • La réparation des préjudices moraux, physiques et matériels subis.

Tel est monsieur l’officier des affaires politiques, l’objet de la présente requête. Dans l’attente d’une suite, je donne garantie de ma disponibilité pour un éventuel entretien que vous voudriez bien m’accorder relativement à ce sujet.

Considération distinguée

Honorable NZOUNGOU Samuel

 

Copie :

  • Assemblée nationale
  • Droit de l’homme
  • Presse

LAISSER UN COMMENTAIRE