CENTRAFRIQUE: aujourd’hui, il nous est né l’empereur Méckassoua 1er

0
516

Il n’est qu’en RCA qu’on assiste à de telles pourritures au sommet de l’Etat. L’assemblée nationale centrafricaine, 2è Institution du pays n’est pour le moment que l’ombre d’elle-même. Les actes dont fait montre son Président ne sont en réalité preuves d’une incompétence notoire.

Une telle Institution ne peut en aucun cas être une bésace à la solde d’une seule personne.

En Centrafrique, les choses s’éclaircissent et les Centrafricains savent du moins la vraie face cachée du Président de l’assemblée nationale Abdou Karim Méckassoua.

On l’a dit et on le redit toujours. La dernière sortie médiatique de l’honorable Nadia BEA, députée de BIMBO 4, laquelle fortement apprciée par le peuple centrafricain montre à suffisance que le bureau de l’assemblée nationale n’est en réalité un nid pourri où aucun oiseau ne peut être locataire.

Un président roublard, qui ne tolère aucun débat démocratique, qui fait et défait comme si l’assemblée nationale était sa tasse de thé. Ca donne à refléchir.

Une assemblée nationale où les députés qui ne partagent pas les aspirations de M. Méckassoua sont systhématiquement repprimandés et exclus de toute participations aux séminaires internationaux, ça donne à refléchir.

Quel est ce Président de l’assemblée nationale qui ne songe qu’aux coups d’Etat,  au renforcement de capacité des groupes rebelles. C’est digne d’un nouveau Machiavel.

On ne saurait tolérer une telle bavure. Et au délà de tout ça, il y a des sbires, ceux qui marchent à l’envers qui le suivent. C’est pathétique. Cela doit cesser et maintenant. Les explications de Mme Nadia BEA sont claires et nettes et viennent une fois de plus donner un coup de poing à ceux qui croient encore à M. MECKASSOUA.

Franchement, de telles personnalités ne devraient pas exister. Heureusement que l’avènement de la démocratie est apparue vers les années 1990.

MECKASSOUA, franchement pour ne pas mentir, vous êtes la honte de la Nation centrafricaine. Repentez-vous s’il vous plait.

Pétrus KOUSSALA

 

LAISSER UN COMMENTAIRE