CENTRAFRIQUE : le bureau de l’ANECA réagit aux accusations portées contre lui

0
734
De gauche à droite, le VP de l’ANECA, le président et le secrétaire général ° Photo: Saint-Régis ZOUMIRI

Bangui, 02 Aout 2018, Saint-Régis ZOUMIRI

C’est dans l’amphithéâtre François Bozizé de l’Université de Bangui que le bureau de l’ANECA a tenu une conférence  réagissant aux accusations portées contre lui par le président du comité de soutien au Président Faustin Archange TOUADERA, M. Didacien Blaise KOSSIMATCHI.

Presque deux semaines après les « foudroyantes » accusations de M. Blaise Didacien KOSSIMATCHI, c’est autour du bureau de l’ANECA (association nationale des étudiants centrafricains) d’apporter son démenti.

La conférence de presse a été ouverte par les propos liminaires du président de l’ANECA, M. Junior GONENDJI. Un discours long d’une quinzaine de minutes, teinté non seulement d’un démenti ferme, mais aussi de quelques pics à l’endroit de quelques média nationaux accusés « à tort » de prendre parti.Junior GONENDJI a non seulement balayé d’un revers de mains les accusations selon lesquelles son bureau aurait reçu de la part de l’étudiant en Master II de sciences politiques M. Alexandre Ferdinand N’guendet, par ailleurs ancien président du CNT, des téléphones android.

Pour l’ANECA, ces accusations restent infondées, imaginaires et lamentables. M. GONENDJI prend d’ailleurs à témoins tous les étudiants « si je dis le contraire, les étudiants peuvent me démentir. Je partage quotidiennement mon téléphone avec un grand nombre d’étudiants qui viennent me demander service pour appeler leurs proches. Je n’ai jamais changé de téléphone, ni un des membres de mon bureau » a-t-il répondu dans un style simple.

Restant droit dans ses bottes, le président de l’ANECA ira plus loin en bottant en touche, comme on le fait sur un terrain de rugby, les mauvaises langues qui, dit-il essaient de « créer » une relation entre le bureau de l’ANECA et M. Alexandre Ferdinand N’guendet « c’est totalement faux. L’ANECA n’entretient pas une relation avec celui dont vous parlez. Ni de près, ni de loin. Et mon bureau n’a rien à gagner en collaborant avec M. N’guendet. Nous luttons pour les intérêts des étudiants point barre (…) » martèle M. GONENDJI qui souligne par ailleurs que ces rumeurs restent ridicules, lamentables et par conséquent objets de dérapages verbaux.

Pour rendre plus agréable ce rendez-vous, le N°1 de l’ANECA a répondu aussi à plusieurs questions posées par les professionnels des média qui touchent à la vie de l’ANECA : ses relations avec l’exécutif ou encore le bilan de son mandat.

A cela, M. GONENDJI a souligné que les relations entre le bureau de l’ANECA et l’exécutif centrafricain sont au beau fixe.  Il souligne par ailleurs que le gouvernement reste son principal partenaire.

S’agissant de son mandat, le président de l’ANECA l’a teint en blanc mais faisant apparaitre quelques difficultés auxquelles les étudiants font face. Il y a entre autres la question de la lenteur dans les traitements des dossiers, le surpeuplement dans les salles de classes, l’absence  d’appuis auprès des partenaires ou encore l’inadéquation des cours avec les débouchés du marché.

Pour lui, seul le gouvernement peut pallier à toutes ces difficultés.

Les membres du bureau de l’ANECA disent attacher du prix à une excuse publique de la part de M. Didacien Blaise KOSSIMATCHI « nous lui demandons de s’excuser publiquement auprès des étudiants qu’il a terni l’image. Il a non seulement contribué à la perte des valeurs des étudiants, mais a donné une mauvaise image des leaders de l’ANECA que nous sommes » clame le Président de l’ANECA.

Est-ce M. Didacien Blaise KOSSIMATCHI pourra arriver à ce niveau ? Wait and see.

Disons que cette conférence de presse vient à point nommé mettre un coup de chiffon sur un feuilleton qui a fait couler beaucoup d’encres.

M. GONENDJI était entouré du vice-président de l’ANECA M. GBONGARE Losas et le secrétaire général M. ANDJIPADJIMO Jerick Ursil.

Saint-Régis ZOUMIRI

 

LAISSER UN COMMENTAIRE