CENTRAFRIQUE : le député anti-balaka Aubin AMASSEKA de BAMBARI 4 s’affiche dans la violence verbale grave, les menaces et préméditations

0
409

Le service de la comptabilité est devenu pour la 6è législature actuelle, la plaque tournante de tous les députés violents. Normal pour une législatives de kpandature remplie de ramassis de rebelles séléka et anti-balaka, sans oublier tous les ratés sociaux et affamés de la République sans état d’âme, à la gâchette facile, avides d’argent et de bien-être. Tel est ce qui s’est révélé dans la journée de mercredi 29 août qui a été encore une fois mémorable agents méprisés qui travaillent là.

Méprisés et honnis par les députés avant d’épancher leur haine sur le reste du personnel très mal aimé. Oui, Aubin AMASSEKA, député  de Bambari 4, grand transhumant devant l’éternel, argentivore sans concession, vient de s’inscrire ce vendredi 24 du mois en cours au Panthéon de la violence où il trône dorénavant avec sa collègue et sœur Nadia Soleil. Mais comment ?

En effet, il est prévu que l’institution offre un véhicule à tous les députés. A l’annonce de la nouvelle, le camp est divisé car les voraces sont plutôt pour des espèces  sonnantes et trébuchantes qu’un magma de ferraille pourri, comme l’avion que le Président Bozizé avait acheté aux Etats-Unis à l’époque. Quoi de plus normal pour quelque chose qui vous appartient dorénavant ! Mais la gourmandise, la soif et l’avidité excessive et démesurée de l’argent, remontent dans la conscience meurtrière de sieur AMASSEKA qui débarque donc à la comptabilité comme un fauve pour se servir avant tout le monde. Le service n’y trouve pas d’inconvénient mais avant, il faut accomplir la procédure règlementaire à savoir faire l’état, vérifier la liste et recevoir l’instruction de paiement, car les députés qui préfèrent le cash ne se sont pas tous encore manifestés.

Mais cette information sur la précaution d’usage met le député antibalaka de Bambari 4 dans tous ses états. Et lui de tenir à l’égard du personnel du service des finances ces propos de bas étage : « Bouba ti ala » (c’est-à-dire « bêtes » que vous êtes ». Vous savez ce que j’ai fait là-bas à Bambari avec les armes ? La seconde fois que je tirerai, ce sera ici, dans ce bureau. D’ailleurs, la prochaine fois que je viendrai ici, j’amènerai avec moi une grenade et vous verrez. C’est vous qui m’avez voté ? Quand je vous aurais envoyé dans l’au-delà, je repartirai tranquillement me terrer à Bambari. Qui ira là-bas me chercher ? ».

Voilà l’image que nous offre ce fourre-tout de la 6ème législature même si ce ne sont pas tous les députés qui volent bas.

Après AMASSEKA, à qui le prochain coup de gueule (sinon coup de poing) et les menaces sur le personnel de l’assemblée nationale ?

Wait and see.

Source: MEDIAS+

 

LAISSER UN COMMENTAIRE