CENTRAFRIQUE:  » MON MINISTERE SE PORTE BIEN… » DIXIT LE MINISTRE CÖME HASSAN

0
664
Côme Hassan, ministre centrafricain du commerce et de l’industrie

Cette phrase est ce qu’on peut retenir en gros du ministre Côme Assan du commerce et de l’industrie lorsqu’il s’est prêté aux questions des journalistes lors de son passage samedi dernier dans l’émission radiotélévisée : « la parole est aux ministres ».  Véritable plaidoyer pour une rénovation dudit ministère tel que l’ambitionne le ministre Assan.

Remise en confiance des opérateurs économiques, élaboration et adoption du code de commerce en Centrafrique, relance des relations de partenariats avec différents et potentiels partenaire au développement du commerce tels que les opérateurs économiques indiens et chinois pour réactiver le dossier de la cimenterie de Nzila sont autant des avancés que le ministre Côme Assan a mis à son actif depuis sa prise de fonction à la tête du ministère du commerce et de l’industrie.

Les efforts déployés pour la relance du commerce en Centrafrique après la crise militaro-politique qui l’a secoué sont visibles, mais ne constituent pas un trompe-œil pour le ministre Assan qui sait que le chemin est long. Depuis décembre 2012,  faut-il le rappeler, notre pays est tombé dans un chaos indescriptible et le secteur commercial en a pris un coup qui est le reflet de l’Etat qui a disparu pour laisser la place  à une anarchie à laquelle les centrafricains ont assisté médusé et qui s’est caractérisée par la destruction pure et simple du tissu économique par de nombreux pillages et incendies criminels.

Il va sans dire que le règne des bandes armées qui ont inondé le pays ont désorganisé complètement le système commerciale que le ministre Assan avec ses plus proches collaborateurs tentent de remettre en marche, mais cela ne se passe pas sans embûche a-t-il souligné au passage. A cela s’ajoute les efforts d’assainissement du climat des affaires en République Centrafricaine à travers la création du Guichet Unique de formalité des Entreprises, une innovation qui permet désormais aux opérateurs économiques de créer en moindre temps leurs entreprises vue les facilités  offertes en termes de démarches administratives.

La visée du ministre Assa va encore beaucoup plus loin car il tient à ce que des investisseurs s’intéressent massivement à la République Centrafricaine. C’est dans ce contexte qu’il se tiendra en novembre prochain à Bangui, le forum des investisseurs, une grande rencontre destinée à montrer les énormes potentialités du pays qui restent encore inexploitées aux bailleurs de fonds afin de les drainer dans le pays.

Cette initiative qui est unique en son genre promet d’attirer beaucoup d’investisseurs étrangers dans le pays afin de relancer et de mettre sur des belles roulettes le commerce en Centrafrique. Les entreprises qui jadis allaient pousser en Centrafrique et qui, malheureusement ont été détruites par des décennies de crise militaro-politique auront la chance de rouvrir et offrir des chantiers pour des embauches massives de main d’œuvre.

Que dire d’un fils du pays qui ne se lasse pas de chercher des voies et moyens pour le développement du commerce dans le pays ? Ce sont des œuvres à féliciter. D’ailleurs c’est même pour cela que le Chef de l’Etat et le Premier Ministre n’ont pas hésiter de reconduire à son poste Côme Assan pour poursuivre la belle œuvre entamée. Du courage et bonne suite.

Pascal KOUZOUKWA

LAISSER UN COMMENTAIRE