CENTRAFRIQUE : le réseau des journalistes sensibles au genre (RJSG) et l’ONU Femmes se mobilisent contre les VBG

0
73

C’est dans un espace vert situé dans le premier arrondissement de Bangui (place du cinquantenaire) que les journalistes membres du réseau des journalistes sensibles au genre et d’autres jeunes de la capitale centrafricaine sans oublier l’ONU Femmes se sont réunis pour échanger autour des violences basées sur le genre (VBG).

Le vendredi 30 novembre 2018, le RJSG et ses membres, accompagnés des jeunes d’autres associations et une équipe de l’ONU Femmes se sont assis pour parler entre eux, échanger autour des enjeux des VBG et autres facteurs liés à ce phénomène.

Chaque participant à cette journée d’échange a pu donner des témoignages de ce qu’il a vécu ou de ce qui s’est passé autour de lui.

« C’est une très belle expérience. Les jeunes d’aujourd’hui méconnaissent ce que c’est que les violences basées sur le genre. Ils le pratiquent au quotidien sans pour autant savoir que cela est un danger pour notre société » a martelé Bienvenu DOUMTA, rapporteur général du Réseau des Journalistes sensibles au genre.

Il est vrai que ces violences se passent quotidiennement et la société centrafricaine en souffre.

Grâce à l’ONU Femmes et bien d’autres systèmes des Nations Unies, les jeunes commencent peu à peu à s’approprier ce phénomène.

«  Nous nous réjouissons du fait que l’ONU Femmes ne cesse de nous mobiliser pour nous permettre de faire ressortir ce qui se passe habituellement autour de nous mais qui demeure toujours dans l’ombre » a dit un autre participant.

Notons que les activistes ont promis passer le passage autour d’eux afin, dans les milieux scolaires…pour barrer la route aux VBG.

Marc KOSSIKO

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE