Centrafrique : les avocats d’Abdou Karim MEKASSOUA montent au créneau

0
402

 

 

 

 

Quelques mois après les sorties fracassantes de Didacien Blaise KOSSIMATCHI et son équipe qui disaient détenir des preuves de coup d’état dont l’auteur intellectuel serait l’actuel Président de l’assemblée nationale centrafricaine, les avocats de ce dernier sortent enfin du silence.

C’est à l’hôtel du centre à Bangui, ce lundi 18 septembre 2017 que le collectif des avocats du sieur Abdou Karim MEKASSOUA a animé une conférence de presse.

Au menu, la plainte du PAN contre KOSSIMATCHI et autres.

Au nom du collectif, Me PANDA Albert a lu l’intégration de leur propos liminaire, long de cinq pages, lequel propos liminaire relate cette affaire du coup d’état qui, selon le collectif est un pur fruit de l’imagination de sieur KOSSIMATHI.

Pour le collectif des avocats du PAN, ce dernier reste toujours serein et confiant en la justice de son pays.

«  Nous n’avions pas voulu faire du ping-pong face aux accusations gratuites de M. KOSSIMATCHI, car nous estimons que c’est à la justice de faire son travail (…) a pour sa part martelé Me Marie Edith DOUZIMA, l’un des avocats de M. MAKASSOUA.

Le collectif entend informer l’opinion publique nationale et internationale que l’affaire suit son cours. Pour lui, M. KOSSIMATCHI est poursuivi pour plusieurs chefs d’accusation entre autres l’injure, atteinte à la sureté de l’Etat, association des malfaiteurs, diffamation, outrage, dénonciation calomnieuse, incitation à la haine, à la violence et à la haine, immixtion sans titre dans les fonctions publiques.

Pour le collectif, tous ces faits sont punis par le code pénal centrafricain.

Il reconnait par ailleurs que dans le passé, certains faits de ce type sont restés impunis, mais cette fois, il en sera autrement, comme pour répondre à ceux qui ne cessent de souligner les liens très serrés du sieur KOSSIMATCHI avec le Président Touadéra.

Soulignons que le collectif comprend sept avocats dont des stagiaires : Maitres Marie Marie-Edith Douzima, Jérôme Lavou, Bruno Hyacinthe Gbiégba, Guy Dangavo, Albert Panda Gbianimbi, Pierre Morel Sangone et Fernand Mandé Djapou.

En juillet et Août derniers, le porte-parole du comité de soutien au Président Touadéra Didacien Blaise KOSSIMATCHI avait clamé haut et fort que le Président de l’assemblée nationale centrafricaine cherchait à déstabiliser le régime par le moyen d’un coup d’Etat. M KOSSIMATCHI avait même montré des photos des présumés mercenaires recrutés pour liquider physiquement le Président Touadéra.

Toutes ces accusations ont été balayées de revers de main par les avocats de M. Abdou Karim MAKASSOUA.

Saint-Régis ZOUMIRI

LAISSER UN COMMENTAIRE