CENTRAFRIQUE-ONU Femmes : fin de visite de Mme Oulimata Sarr dans le pays

0
223
Mme Oulimata Sarr et les femmes survivantes de la crise

Après trois jours d’intenses activités, la Directrice Régionale ai, d’ONU Femmes Oulimata Sarr s’est envolée ce mercredi 22 mai 2019 pour Dakar où elle réside.

Après sa rencontre avec plusieurs femmes survivantes de la récente crise dont celles de l’association « wali ti yémbi », Mme Oulimata Sarr a réintéré la volonté de l’ONU Femmes d’appuyer davantage les femmes centrafricaines victimes des récentes violences dans le pays afin que celles-ci puissent améliorer leur quotidien à travers les petits commerces et les activités génératrices de revenus (AGR). Pour rappel ONU Femmes a aidé  à la construction de 4 espaces amicaux pour les femmes et les jeunes dont 3 déjà finalisés à Bangui,  la formation de 418 personnes (50 Forces de Défense et de Sécurité, 30 Ex-Combattants, 338 leaders des OSC et autorités locales sur la protection des droits des femmes et la prévention des VBG, La mise en place d’un Mécanisme d’Alerte Précoce dans 4 sites (3ème et 4ème Arrondissement de Bangui, Bambari et Bossangoa) et le référencement de et le rapportage de 183 cas de VBG (106 en 2017 et 77 en 2018). Ce mercredi 22 mai, avant qu’elle ne quitte la Centrafrique, la Directrice Régionale ai de l’ONU Femmes a rencontré la première dame de Centrafrique. Cette dernière dirige une association « le cri du cœur d’une femme », laquelle association lutte pour le bien être des femmes et leur réinsertion de la vie sociale. Les deux femmes ont montré leur volonté de travailler ensemble pour l’égalité du genre et le leadership et la participation politique de la femme dans le pays.

Mme Oulimata Sarr a également échangé avec les journalistes centrafricains, membres du réseau des journalistes sensibles au genre (RJSG). Rencontre tenue dans les locaux de l’ONU Femmes à Bangui, les deux parties ont intensément échangé autour des questions sensibles comme l’égalité du genre, le leadership et la participation politique de la femme en Centrafrique, l’autonomisation économique de la femme, pour le citer que ces points.

Egalement, Mme Oulimata Sarr a expliqué clairement aux journalistes que ceux-ci sont appelés à travailler sans relâche à l’appui des femmes pour que le monde puisse donner pleinement une place importante à celle-ci. L’objectif est d’avoir un monde 50/50 d’ici 2030 et cela est réellement possible. C’est pourquoi le Réseau des Journalistes Sensibles au Genre s’y attelle. Avec le RJSG, Mme Oulimata Sarr a expliqué combien l’ONU Femmes attache du prix à la question de la parité. Cela vient à point nommé surtout que la Centrafrique est en voie de voter la loi de parité, même si les démarches piétinent encore.

Mme Oulimata Sarr a détaillé aux journalistes l’agenda 2020-2030 de son ONG et dit que l’objectif de sa venue en Centrafrique est de renforcer le bureau de l’ONU Femmes en RCA, de rencontrer les autorités nationales et de soutenir les femmes qui ont souffert et continuent de souffrir des affres des violences que le pays a connues.

Pour elle, la plus grande menace à la paix, est la pauvreté. C’est pourquoi, tous doivent travailler durement afin de franchir la barrière de la pauvreté. Le réseau des journalistes sensibles au genre dit soutenir les actions de l’ONU Femmes en Centrafrique et travailler inlassable pour la cause des femmes et contre la pauvreté pour que la femme puisse retrouver véritablement cette place qui lui est réservée de droit.

Prévention, protection, participation, voilà les 3R sensibles à l’ONU Femmes et pour lesquelles les interlocuteurs de Mme Oulimata Sarr en Centrafrique comptent bien s’y atteler pour que les violences à l’endroit  de la femme cessent.

La visite de Mme Oulimata Sarr en Centrafrique est vivement saluée par les autorités locales plus précisément par la première dame Brigitte Touadéra qui réaffirme la volonté de son ONG de travailler encore davantage pour donner une plus grande place à la femme centrafricaine.

 

Saint-Régis ZOUMIRI

 

LAISSER UN COMMENTAIRE