Centrafrique : Quand certains compatriotes de la diaspora agissante et MESAN réformé veulent marcher pour réclamer la démission de Touadéra !

0
489

Voici ce qui est écrit sur les réseaux sociaux. Cela mérite un regard attentif et une analyse soutenue de l’affreuse volonté de ces soit disant Messan rénové et diasporas agissante centrafricaines.

Annonce capitale

Chers compatriotes, je tiens à vous informer que la diaspora centrafricaine de France et d’Europe, organise un grand rassemblement, à la place de la République à Paris, Le 09 septembre 2017, pour exiger la démission sans condition de Faustin Archange Touadera de ses fonctions de Président de la République, Chef de l’Etat. 

Chers compatriotes résidents en France et en Europe, faites massivement ce déplacement de Paris pour exprimer le raz-le-Bole de tout un peuple, car l’avenir de notre pas en dépend.  Que le Dieu d’Abraham bénisse la République Centrafricaine. Partagez! Partagez ! Partagez ! »

Qu’est-ce qu’ils veulent au fait, ces malheureux et éternels destructeurs que sont Clarisse Yapélégo, Dénise Yakazangba, Salomon Kotro, Henri Grothe et Abakar Sabone etc qui ne font rien en France et dont l’unique travail consiste à animer les réseaux sociaux pour calomnier la République Centrafricaine afin d’empêcher les bonnes volontés à venir en aide à un pays en souffrance ?

-Clarisse Yapélégo : que Sylvain Doutingaï a tripotée longtemps pour finir par l’envoyer en tôle car elle lui aurait extirpé frauduleusement une importante somme d’argent tant en manigançant de l’exproprier de l’une de ses villas qui devait lui appartenir… Elle a lamentablement cloué son bec en tentant de se faire élire comme haut conseillère de la communication à cause de sa moralité trop douteuse…

-Denise Yakazangba : une reprise de justice car ayant été de mèche avec Marie-Annick Sercive pour faire de l’OFCA leur fonds de commerce. Très fine, elle a suivi de suite le président Touadéra à Rôme dans l’intention de lui coller à la peau afin d’être placée quelque part, ou alors que le président s’occupe d’elle comme amante résident en France, un coup d’épée dans l’eau grâce à la vigilance de l’alentour du président qui l’a envoyée se faire paitre ailleurs…

-Henri Grothe : l’écervelé   qui vit en France qu’avec les aides sociales. Il avait fui Bangui en pirogue en Mars 2013 quand les selekas rentraient à Bangui. Il ne vit que de 400 euros d’aide sociale par mois. Il est en querelle avec son propre père pour une maison à Sica 2 appartenant au père même. Sa femme l’a quitté pour un jeune homme plus  » performant.

-Salomon Kotro : se dit ancien député du temps de Bozizé. C’est justement ces députés de la honte qui n’ont que leur ventre comme loi à produire. Prêt à tout pour montrer qu’ils existent alors qu’ils ne valent absolument rien et leur vie n’est que décrépitude en tout.

Ils osent parler au nom d’un digne et respectable peuple de Centrafrique qu’ils méprisent eux-mêmes alors qu’ils en sont des rejetons. En ce moment, on comptabilise plus de 5 millions d’âmes qui vivent sur le territoire Centrafricain. Ces furibonds qui se disent diaspora centrafricaine représentent quel pourcentage du peuple centrafricain ? En réalité, 0,0001 %. Est-ce représentative de la population centrafricaine qu’ils se disent vouloir défendre ? Un tel pourcentage a-t-il vraiment une incidence dans le choix des centrafricains portés sur le Professeur Faustin-Archange Touadéra, élu démocratiquement avec plus 62% ?

Nous centrafricains, les dignes fils encore restés au pays et qui souffrons chaque jour le martyr, les connaissons tous. Ils ne cessent de faire des vas et viens entre la France et Bangui pour se pavaner et faire montrer qu’ils sont importants, or nullement pas.

Diaspora agissante. Si réellement cette fameuse diaspora était agissante, ce n’est pas en appelant à la démission de Touadéra que tout un peuple s’est mobilisé pour élire dans un contexte extrêmement difficile, de guerre, ne nous le cachons pas. Nous savons quel rôle jouent des diasporas en faveur du développement de leurs pays respectifs. Elles sont de véritables sources d’entrées de devises étrangères, des points focaux pour tisser des liens de parrainage entre des associations locales de développement à la base de leurs pays avec celles d’Europe qui les appuient à travers le financement de projets de développement. Les exemples de leurs frères de l’Afrique de l’Ouest qui émergent de petits villages en zones de projets pilotes de développement ne peuvent-ils pas les imprégner ? La diaspora centrafricaine qui est la pire honte du peuple, peut-elle seulement dire ou démontrer en quoi elle est utile à son pays si non, que d’œuvrer à sa destruction ?

Si c’est pour faire la politique, puisque la diaspora centrafricaine n’est que cette vision, qu’elle revienne au pays vivre les assassinats, les viols et violences aveugles, les incendies et destructions massifs de biens et les multiples violations des droits humains qui sont le quotidien des centrafricains de Centrafrique pour mieux s’imprégner de la situation de leur pays et opter pour une vraie politique d’apports pour la reconstruction du pays.

Ce qui est absolument inacceptable est que leur appel n’est pas soutenu par les raisons qui l’ont motivé. Que peuvent comprendre ceux-là qu’on appelle à manifester ? A moins que ce soit un acte commun de trahison de la patrie et dans ce cas, condamnable. Le temps n’est plus à ses agissements qui ne profitent à personne. Si vraiment, ce sont des vrais, Centrafricains, qu’ils agissent pour apporter leur pierre à la reconstruction de leur pays, meurtri par plusieurs décennies de division et de haine, un pays totalement enfoncé dans la boue car pillé à satiété par des mercenaires étrangers.

Ce regain d’agitation, nous le savons parfaitement ici au pays. C’est la rumeur du prochain remaniement gouvernemental en Centrafrique qui les relève de leur sommeil. Ils veulent tout simplement montrer qu’ils existent pour qu’on pense à eux en les nommant à des postes ici au pays. Mais, il ne s’agira plus d’intégrer des gens de la diaspora dans le prochain gouvernement. C’est par la faute de ceux qui y sont présentement et qui n’ont rien foutu.

Aristote KOGBRENGAY

LAISSER UN COMMENTAIRE