CENTRAFRIQUE: questionnements autour du décès de Mme Béa

0
360

Le 7 novembre dernier nous avons appris avec tristesse le décès en France de  l’Honorable Mme Béa suite à une courte  maladie. Mais en réalité est-ce cette version viable ? Car, comme par hasard, son décès vient juste après la destitution du PAN Meckassoua. Le conflit entre les familles Béa et Meckassoua ne date pas d’aujourd’hui. Ce « bras de fer » a commencé en mai dernier, quand Bertin Béa, député du parti Kwa na Kwa, a accusé l’ex-PAN de forfaiture : «Je demande solennellement sa destitution de la présidence de l’Assemblée Nationale ».

Le député de Boali a ainsi demandé à ses collègues de rejoindre son élan républicain et citoyen pour faire plein usage de l’article 70 de la Constitution définissant les modalités de la destitution. Comme la demande de Bertin Béa n’avait pas été soutenue, la destitution du PAN a eu lieu un peu plus tard, en octobre. Pourtant leur confrontation continuait… La suite a eu lieu début aout, juste avant le départ de Madame Béa pour la Conférence Internationale sur la Région des grands Lacs : «C’est d’ailleurs, ce qui justifie cette grande organisation d’humiliation, que je fus victime le vendredi 17 aout dernier…Il est vraiment temps de barrer la route et de dénoncer, la manière barbare et inhumaine, érigée en mode de gouvernance dans la gestion actuelle Législature, par le Président de l’Assemblée Nationale, ABDOU KARIM MECKASSOUA et son staff administratif » dixit Madame Béa dans une déclaration faite le 23 aout.

La situation s’est calmée depuis, pourtant une nouvelle vague d’événements arrive. La PAN a finalement été destitué fin octobre. Juste après cela on découvre une tentative d’assassinat du vice-président de l’Assemblée Nationale, ensuite le décès de l’honorable Madame Béa. Une question se pose : qu’est-ce qui a mené au décès de Mme Béa, est-ce une maladie dont le diagnostic n’est pas encore connu ; ou est-ce toujours la suite du conflit entre Meckassoua, soutenu par la France, et la famille Béa ? On est bien au courant que des représentants des pays étrangers s’étaient adressés envers certains députés pour les convaincre à voter contre la destitution du PAN, mais cela n’a finalement pas affecté le bilan des votes. Alors est-ce que cela pourrait être un acte de vengeance de la part de Meckassoua ? Prenant en compte les derniers évènements et le conflit entre ces deux familles, cela pourrait frôler la réalité. Laissons le temps au temps afin de tirer clair dans cette affaire

 

Gbandagba

LAISSER UN COMMENTAIRE