CENTRAFRIQUE : qui en veut à Me Louis-Marie Barthélémy ZOUMARA ?

0
493

Il est un secret pour personne qu’en Centrafrique, les compétences ne sont donc ni protégées, ni encouragées et plus encore, elles deviennent les plus souvent les cibles pour certains malintentionnés. Pour cela elles n’ont, la mort dans l’âme d’autres choix que la compromission c’est-à-dire la renonciation à la rigueur et au sérieux pour survivre.

C’est en effet, la parfaite illustration du vécu de certains Centrafricains très appréciés pour leurs compétences dans leurs domaines d’activités mais qui font malheureusement l’objet de méchanceté et d’aigreur de certains de leurs collaborateurs comme pour confirmer l’assertion selon laquelle, la jalousie provient de l’incapacité.

C’est le cas de le dire pour le « pauvre » avocat Me Louis-Marie B. ZOUMARA qui, depuis un certain temps au cœur d’une cabale médiatique éhontée dont il ne fait aucun doute qu’elle serait l’œuvre de certains de ses confrères, cauteleux de sa brillante carrière d’avocat.

Et pour cela, ils n’ont lésiné sur aucun moyen pour le trainer dans la boue. C’est pourquoi a donc germé dans leur esprit tortueux, un « plan » si l’ont peut appeler cela comme ça, pour le moins abracadabrantesque pour nuire à Me ZOUMARA. Hélas, leur moyen c’est le gangstérisme à travers la presse.

C’est alors qu’ils vont utiliser certains piteux scribouillards qui, sans s’entourer d’un minimum de garantie vont pondre en récit pamphlétaire truffé d’allégations mensongères dénudées de tout fondement mettant en cause Me ZOUMARA qu’ils accusent d’être trempé dans la fausseté.

Pathétique pour ces mercenaires de la plume à l’équilibre mental sujet à caution utilisés par certains des confrères de Me ZOUMARA visiblement en mal de posture sachant que ce dernier est un acteur non négligeable de justice qui ne pourra jamais se laisser facilement empêtrer dans certaines infractions dont les conséquences pourraient être dommageables pour lui-même.

C’est bien le cas dans l’affaire de la vente d’une propriété dans laquelle Me ZOUMARA en sa qualité de l’avocat du vendeur, a pris toutes les dispositions nécessaires dans la procédure en la matière.

Malheureusement l’acquéreur de cette propriété qui, bien qu’étant au courant de la situation de cette propriété s’est résolu à acquérir la maison feignant au passage intentionnellement les vices qui pourraient entacher la transaction.

Voilà qu’au finish, cette vente s’est avérée litigieuse et l’arroseur arrosé qui n’est autre que l’acquéreur se lance dans les harcèlements téléphoniques à l’endroit de Me ZOUMARA, avocat du vendeur au point même de le préméditer.

Une situation déplorable pour Me ZOUMARA qui n’est en rien auteur ou complice d’une quelconque fraude dans cette affaire. Pour qui connait Me ZOUMARA, ces allégations ne lui ressemblent aucunement pas. Brillant et roturier avocat ayant fait ses armes chez des piliers de l’ordre des avocats comme Maitres ZO KWE ZO, MOROUBA et TIANGAYE tous des avocats de grandes  réputations ne peut jamais se complaire dans ces pratiques qui déshonorent ce métier noble d’avocat.

La rédaction

LAISSER UN COMMENTAIRE