CENTRAFRIQUE : RETROSPECTIVE DES ANIMATIONS DANS LES ANTENNES DE PIJCA A BANGUI, BIMBO ET BEGOUA

0
275
Photo d’ensemble à la mairie du 7è arrondissement de Bangui° crédit photo: Saint-Régis Zoumiri

Lancées début octobre, les activités d’animations dans les antennes de PIJCA à Bangui, Bimbo et Bégoua ont pris fin ce samedi 04 novembre.

Plusieurs antennes de PIJCA ont commencé début octobre les activités dans leur sein. Les huit arrondissements de Bangui dans lesquels se trouvent les antennes de PIJCA ont successivement mené des activités citoyennes dans le cadre de la paix, de la cohésion sociale et du vivre-ensemble en Centrafrique.

Des activités comme les causeries éducatives, les jeux concours, les matchs de football, les débats citoyens pour ne citer que celles-là ont été organisés pour non seulement attirer l’attention de la jeunesse centrafricaine à l’amour de la patrie, mais aussi pour susciter une dynamique de paix à travers le pays.

L’antenne PIJCA du 1er arrondissement de la capitale Bangui elle, a distribué des kits aux enfants démunis et orphelins.

L’objectif pour les responsables de cette antenne est d’offrir l’opportunité à ces enfants de bénéficier des mêmes conditions de scolarité que leurs pairs issus des familles nobles.

Une initiative saluée par les autorités locales y compris le maire du premier arrondissement de Bangui, présent à cette cérémonie.

Dans le 6è arrondissement, une causerie-débat a été organisée dans l’enceinte de l’école Pétévo alors que l’antenne de Bimbo a réuni une cinquantaine de personnes dans une église baptiste autour d’un débat axé sur la liberté de religion.

L’antenne du 8è a voulu présenter la PIJCA et son idéologie à la population de son arrondissement.

Plusieurs jeunes se sont alors réunis à la maison des jeunes de galabandja pour participer aux activités sportives et à la causerie-débat.

Pour M. Jérick Andjipandjémo, président de cette antenne « l’objectif de cette retrouvaille est de présenter la PIJCA et son idéologie à la population. Nous voulons également que les jeunes s’entretiennent entre eux afin d’essayer de trouver ensemble les enjeux d’un retour définitif à la paix dans le pays… ».

Un appel fort dans un contexte où le pays peine toujours à se relever.

Dans le 2è comme dans le 4è arrondissement, les activités artistiques sur la non-violence ont été organisées.

La non-violence a été depuis toujours au cœur des préoccupations de la PIJCA. A cet effet, de nombreuses formations sont régulièrement organisées à l’attention des jeunes centrafricains.

A Bimbo II, une semaine culturelle a été initiée. Une marche sportive s’est tenue et les membres de cette antenne ont procédé au nettoyage de l’hôpital de Guitangola. Cette semaine culturelle était également animée par un match de football. Cet évènement de grande taille a bénéficié de la collaboration de  la population environnante qui a répondu massivement à l’appel.

A Bégoua, l’antenne a réuni les jeunes de la localité dans l’enceinte de la municipalité. L’occasion pour eux d’échanger autour des valeurs de la paix. Elle en a aussi profité pour présenter la PIJCA à ceux qui hésitent encore à se joindre à eux dans la lutte pour une Centrafrique une et paisible.

La salle de réunie de la Mairie du 7è a servi de cadre pour un échange fructueux entre jeunes et autorités locales.

La population à travers des jeux de questions-réponses entre jeunes et autorités locales ont recherché les valeurs qui peuvent réunir davantage les couches sociales centrafricaines.

Un rendez-vous auquel a répondu M. Belford Michel GBANGOPE, président national de la plateforme interconfessionnelle de la jeunesse centrafricaine (PIJCA).

Dans son discours de la circonstance, M. GBANGOPE a lancé de mots forts, tendant à réunir autour d’une seule table le peuple centrafricain.

Le président de la PIJCA a une fois de plus réitéré son attachement aux valeurs de la paix et d’une Centrafrique laïque. Pour lui, les jeunes centrafricains doivent sans tarder chercher à bannir la paresse et la cleptomanie, l’une des causes d’une manipulation à des fins néfastes.

  1. GBANGOPE dit croire encore à une Centrafrique où il fait bon vivre, un pays où ses habitants doivent se regarder en frères et sœurs, enfin un pays de joie.

Notons pour finir que chaque antenne avait reçu une somme de deux cents mille francs CFA pour l’organisation de ces animations.

La PIJCA est une association centrafricaine créée par les jeunes de différentes confessions. Elle est connue à travers le monde pour ses actions en faveur de la paix et du vivre-ensemble.

Pétrus KOUSSALA

LAISSER UN COMMENTAIRE