De grandes attentes dans le monde à l’occasion du 19e Congrès du PCC

0
226
Le parlement chinois

BEIJING, 18 octobre (Xinhua) — L’ouverture mercredi du 19e Congrès national du Parti communiste chinois (PCC) suscite à la fois un fort intérêt et de grandes attentes dans le monde entier.

Plus de 2.200 délégués participant à ce rendez-vous quinquennal au nom de quelque 89 millions de membres du parti vont renouveler le Comité central et créer un organe de lutte contre la corruption, ainsi que définir les grandes lignes du développement de la première économie émergente pour les cinq prochaines années, voire au delà.

UNE IMPORTANCE GLOBALE

Ce congrès est d’une grande importance non seulement pour le PCC et la Chine, mais aussi pour le monde au moment où la Chine voit son influence croître dans le monde.

« L’important pour nous qui vivons hors de Chine, ce sont les décisions qui seront prises pendant le congrès car elles auront un impact global », confie à Xinhua Ken Ogembo, professeur d’économie à l’Université Kenyatta de Nairobi (Kenya).

Dans une économie mondiale se remettant lentement de la crise de 2008, des résurgences protectionnistes et isolationnistes, ainsi que des défis tels que le terrorisme, la Chine joue un rôle de stabilisateur et d’acteur responsable qui prône une coopération mutuellement bénéfique.

« La stabilité de la Chine est très importante pour le monde. Après tout, elle est devenue la force motrice du développement économique global », note Ronnie Lins, directeur du Centre Chine et Brésil (CCB), dans un entretien à Xinhua.

Dans son dernier rapport en date, le Fonds monétaire international (FMI) a révisé à la hausse ses prévisions de croissance dans le monde. L’une des raisons s’explique par les performances meilleures que prévues de l’économie chinoise au premier semestre 2017 et l’appui continu du gouvernement chinois à ses propres politiques.

Khairy Tourk, professeur à l’Ecole de commerce Stuart de l’Institut de technologie de l’Illinois à Chicago, salue pour sa part les réalisations de la Chine ces cinq dernières années.

Il note que Beijing a maintenu un rythme de croissance spectaculaire, préservé la stabilité du yuan en dépit de nombreuses difficultés, réduit la dette et adopté des stratégies innovantes.

Aux yeux de Mahmoud Raya, directeur du site d’information libanais « Regards arabes sur la Chine », la présence de la Chine sur la scène internationale ne se limite pas à l’économie, « car elle est aussi présente au niveau politique, sécuritaire, militaire, culturel et social ».

Selon M. Tourk, le PCC a joué un rôle très important dans ces réalisations passées, estimant que le parti « donne une vision au pays et la concrétise ».

Mais le PCC a aussi une vision pour le monde. Dans son discours devant l’Office des Nations Unies à Genève (UNOG) en janvier dernier, le président chinois Xi Jinping, par ailleurs secrétaire général du Comité central du PCC, a détaillé en profondeur son ambition de bâtir une communauté de destin partagée pour toute l’humanité.

Pour concrétiser cette vision, M. Xi a exhorté la communauté internationale à favoriser conjointement le dialogue, la coopération et les échanges culturels, ainsi que la protection de l’environnement.

« Je suis certain que les gens commencent à comprendre maintenant ce dont Xi Jinping a parlé à Davos » en janvier dernier, assure Stephen Perry, président du club du Groupe des 48, un cercle d’affaires britannique indépendant œuvrant à la promotion de liens positifs avec la Chine.

« Il s’agit de favoriser un développement global de façon durable et de trouver des solutions par des moyens pacifiques plutôt que par le conflit », ajoute-t-il.

DE GRANDES ATTENTES

Alors que le 19e Congrès national du PCC va déterminer l’orientation du développement de la Chine pour les cinq prochaines années et au-delà, les attentes sont élevées à travers le monde.

« Je m’attends à ce que ce pays soit plus ouvert à l’avenir. Cela permettra d’avantage d’investissements directs étrangers (IDE) chinois à l’étranger » et vice versa, indique M. Tourk, qui est également un expert de la Chine.

Paul Sheard, vice-président exécutif et économiste en chef à la société d’analyse financière S&P Global, s’attend à ce que Beijing accélère les réformes nécessaires pour soutenir la croissance à plus long terme, et ce même au prix d’une croissance plus faible à court terme.

« La Chine devrait continuer d’approfondir ses réformes et l’édification de son système juridique », pronostique M. Lins, ajoutant que le processus de mise en œuvre des réformes rencontrera davantage de difficultés et nécessitera davantage de détermination.

« Je crois que le PCC possède cette détermination », assure-t-il.

D’autres espèrent que la Chine jouera un rôle plus actif dans la lutte contre les défis mondiaux tels que le changement climatique et le protectionnisme commercial.

L’histoire prouve que la mondialisation économique et les politiques économiques libres et ouvertes apportent plus de bénéfices aux pays que de dommages, souligne Gerishon Ikiara, professeur d’économie internationale à l’Université de Nairobi.

Le fait que la participation active de la Chine à la coopération économique mondiale et son soutien à un commerce mondial libre et ouvert ont profité à elle et à tous les autres pays du monde en est un très bon exemple, ajoute-t-il.

Ikiara s’attend à ce que la Chine continue à jouer un rôle de premier plan dans l’élaboration du système mondial d’intégration commerciale, soulignant que cela pourrait contribuer à stimuler la croissance mondiale.

Pour l’ancien Premier ministre japonais Yukio Hatoyama, les problèmes les plus pressants auxquels le monde fait actuellement face sont le changement climatique et la protection de l’environnement.

« J’espère que les nouveaux dirigeants chinois joueront un rôle important dans la résolution des problèmes environnementaux mondiaux », dit-il.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE