Gouvernement Sarandji 2 : des réformes engagées par le ministère de l’habitat, de la ville et de l’urbanisme

0
304

 

Une image marquant le passage des agents du cadastre. Photo° Saint-Régis ZOUMIRI

Au lendemain de la mise en place du nouveau gouvernement Sarandji II, certains ministères commencent à appliquer les mots d’ordre du président Touadéra c’est-à-dire, appliquer le plus vite possible les défis de l’heure. C’est l’exemple du ministère de l’habitat, de la ville et de l’urbanisme.

Dirigé il y a plus d’un an maintenant par M. Gaby Francky LEFFA, le ministère de l’habitat, de la ville et de l’urbanisme a fait d’énormes exploits ce, en dépit de plusieurs difficultés rencontrées.

Outre les signatures des contrats d’exécution des bâtiments publics avec des partenaires chinois et bien d’autres, le ministère de l’habitat, de la ville et de l’urbanisme a développé une politique nationaliste de construction des logements sociaux à l’intérieur de la capitale comme à ses périphéries.

Toujours dans une dynamique de relèvement national et d’embellissement de la ville, ce ministère vient de prendre une décision sommant les propriétaires des parcelles non-exploitées depuis des années d’y construire soit de laisser le lieu exploité par l’Etat.

C’est l’exemple de la parcelle située en face de l’hôtel du centre, propriété d’un sujet libanais, qui demeure jusque là inexploitée.

Pour ceux qui maitrisent la ville de Bangui, la parcelle qui arbore la devanture de l’hôtel du centre est clôturée en tôles et on n’y a jamais vu des travaux de construction d’un bâtiment. Et pourtant, l’on parlait d’une construction d’un immeuble R+.

En charge de la ville, le ministre LEFFA a décidé conformément aux textes en vigueur de taper du poing sur la table en rappeler tous les propriétaires de ces parcelles à l’ordre.

Une équipe du cadastre est descendue sur les lieux et y a posé des signaux d’avertissement de déguerpissement forcé.

Au micro de la rédaction de Palmarèscentrafrique.com, le ministre Gaby Francky LEFFA a confirmé que son ministère est dans une dynamique d’embellissement de la ville de Bangui.

Un raisonnement partagé également par un personnel dudit ministère « le ministre LEFFA ne fait qu’appliquer la feuille de route du gouvernement qui veut faire de Bangui, une ville propre et séduisante. C’est un ministre courageux et travailleur. Il y a des portions de terre qui sont achetées par des particuliers et ce,  depuis des années et ils ne font pas cas d’y construire un bâtiment et pourtant, ces parcelles se trouvent au centre ville de la capitale ».

Défis sécuritaires

Au-delà de la question d’embellissement de la ville Bangui, il y a aussi la question sécuritaire.

Une bonne partie des parcelles inexploitées est envahie de hautes herbes. « Cela est un grand facteur d’insécurité » renchérit Agnès, une mère de famille âgée d’une quarantaine d’années que nous avions croisée non loin du lieu de notre reportage.

Alors qu’il nettoyait son taxi, Bruno, taximan et père de trois enfants est attiré par notre conversation et décide de se confier à nous « nous sommes fatigués de constater que la ville de Bangui n’est plus une ville modèle. Les gens achètent des parcelles de terre et n’y touchent même pas. Elles peuvent rester pendant des années sans voir des travaux de construction ».

Bruno continue en nous livrant un petit témoignage « j’ai failli être agressé là. Il y a des bandits armés d’armes blanches, des chanvreurs qui habitent ces coins. Si c’est bien le ministère qui décide de vider ces gens afin de nettoyer le lieu et d’y construire, c’est une bonne chose ».

Le ministre LEFFA nous donne aussi l’exemple d’une concession qui se situe derrière le Trésor public, c’est-à-dire en face de la direction générale de la téléphonie Moov.

Selon le ministre, la concession est acquise depuis des années par un particulier et ce dernier n’y a jamais posé une seule pierre pour le bâtiment.

Pie encore, le lieu se trouve juste en face du Palais de la Renaissance.

«  Il est grand temps d’embellir notre Capitale qui est l’une des plus belles villes du continent » a martelé le ministre Gaby Francky LEFFA.

Plusieurs réformes ont été engagées par ce ministère entre autres le projet de construction de beaux édifices de l’Etat dans la capitale centrafricaine.

Toujours selon un cadre du ministère, l’école centre filles, située à l’aille droite de l’OCRB serait très bientôt détruite. On y construira le siège national d’une institution internationale. Une information que notre rédaction devra prendre le soin de vérifier auprès du ministre Gaby Francky LEFFA.

Arrivé dans le premier gouvernement de Sarandji, monsieur Gaby Francky LEFFA est l’un des membres du gouvernement qui s’attellent scrupuleusement à la politique de réforme et du développement tant prônée par le Président Touadéra.

Son maintien dans l’actuel gouvernement  vient booster sa volonté de transformer positivement l’image de la capitale centrafricaine.

« Dans ce domaine, le Président Touadéra peut compter sur M. LEFFA » murmure un habitué du ministère.

Un reportage réalisé par Saint-Régis ZOUMIRI

LAISSER UN COMMENTAIRE