Khartoum : l’issue du dialogue centrafricain déterminera l’avenir politique de Touadéra

    0
    147

    C’est avec une grande satisfaction que le peuple centrafricain dans son grand ensemble apprit la fermeté du gouvernement face aux âneries des groupes rebelles réunis à Khartoum dans la capitale soudanaise.

    Personne n’est sans savoir que le pays a connu de multiples crises qui ont opposé le pouvoir de Bangui et les groupes rebelles.

    A chaque fois, les dialogues ont abouti au partage de pouvoir et l’amnistie. Des postes clés ont même été occupés par les leaders des groupes armés. Mais l’expérience a toujours montré que ces rebelles n’ont jamais tenu leur parole et le pays repart également à la case-départ.

    Le dialogue de Khartoum déterminera inéluctablement l’avenir politique du président Touadéra et de tous ceux qui l’entourent. Car le peuple attend toujours d’eux surtout leur fermeté à ne pas lâcher face à ces ennemis de la paix.

    Tout ce que le peuple veut, c’est un langage de fermeté et la justice de tous les criminels de guerre. Qu’ils anti-balaka ou séléka, ils doivent sans condition être traduits soit devant la CPI ou la CPS.

    Que tous les acteurs à Khartoum comprennent qu’ils ont leur partition à jouer pour que l’amnistie ne soit pas accordée aux fauteurs de trouble.

    Ce n’est pas aujourd’hui que les rebelles vont tenir parole. Un rebelle reste rebelle. Et il faut donc les traiter comme tels.

    En faisant ainsi, le Président et son entourage en sortiront grandis.

    Pétrus KOUSSALA

    PARTAGER
    Article précédentKhartoum : que gagne la Russie en optant pour l’amnistie des rebelles ?
    Saint-Régis Zoumiri est journaliste, titulaire d'un master en communication et nouveaux médias de l'Université Renmin de Chine. Il est actuellement vice-président du GEPPIC (groupement des éditeurs de la presse privée et indépendante de Centrafrique) et consultant en communication dans plusieurs Institutions

    LAISSER UN COMMENTAIRE