KM5: le rebelle “FORCE” échappe de justesse à une opération commando de la gendarmerie nationale

0
2526
Maitar Djamouss alias Force

Il y a de cela quelques jours, des détonations d’armes ont retenti au Km5 au niveau de la base du tristement célèbre « Force » le grand wanted de la justice centrafricaine que la Minusca est incapable d’arrêter depuis Avril 2018. Beaucoup ont cru à des affrontements entre les frères ennemis du Km5 mais en réalité, il n’en est rien. Et pour cause.

Il est minuit et le calme commence à s’installer dans tous les recoins et coins de l’enclave musulmane de Km5, dont les hommes avaient tué un casque bleu rwandais pendant les évènements d’avril dernier, ne se doutait de rien. La drogue aidant, il est rentré dans un sommeil prochain.

A 1h et demi, dans la pénombre de sa tanière, des bruits insolites se font entendre. Dix (10) commandos de la gendarmerie nationale formés par les instructeurs russes font leur entrée dans la tanière du loup et encerclent la résidence cachée de « Forme » qui était là, rapportent les sources. Mais un petit bruit de botte senti par « Force » aurait réveillé ce dernier qui, sans tarder a pris la poudre d’escampette en passant par un petit tunnel souterrain.

L’homme prend la large et appelle ses hommes qui mettent en place un système de bouchon pour empêcher l’avancée des commandos vers là où il a fui : le secteur Boeing.

Entretemps, les commandos gendarmes centrafricains ne trouvent dans la chambre de « Force » que quelques armes et munitions et effets militaires, des chanvres en cigarettes et en feuilles sèches, des comprimés antirétroviraux et des viagra, des ampoules injectables d’antibiotique et des produits somnifères, des cartes à jouer, des tasses de thé, des gris-gris bizarres (les waraga) et des paquets de cigarettes.

La fouille s’étant révéler vaine, les commandos ont pu néanmoins découvrir le chemin par où « Force » est passé. Peine perdue ! A leur sortie de la tanière, les gens de loin les huent et leur disent qu’ils n’auront jamais « Force », que la Minusca a échoué et ce ne sont pas des « petits gendarmes centrafricains qui arrêteront « Force » (sic).

Bizarrement, les Français semblent s’intéresser à l’affaire et font tout pour identifier les gendarmes qui ont mené l’opération commando. Le film de la tentative d’arrestation de « Force » leur est fourni par les drones qu’ils ont placés dans le secteur.

Le lendemain et alors que ces gendarmes commandos se trouvaient à la direction générale de la gendarmerie nationale pour rendre compte de leur mission, des diplomates français et leurs éléments de sécurité en poste à Bangui se sont rendus à la gendarmerie dans le but de rencontrer ces commandos. Mais dès leur arrivée, les Français ont été éconduits par les gendarmes qui les ont faits promenés dans tous les sens.

Informés que les Français cherchent à les rencontrer, les gendarmes commandos se sont déguisés en civils pour quitter le haut commandement de la gendarmerie, tout en informant leurs amis russes du comportement des Français. C’est ainsi que les soldats et gendarmes russes se sont rendus en nombre impressionnant au haut commandement de la gendarmerie centrafricaine. En voyant arrivés les Russes, les Français ont quitté les lieux sans dire au revoir. Drôle de visite !

Pourquoi ces Français cherchent-ils à rencontrer les gendarmes commandos centrafricains formés par les Russes ? Telle est la question qui est sur toutes les lèvres des gendarmes et tous ceux qui sont au courant de cette affaire et « on a tout compris » comme qui dirait.

Source : MEDIAS+

LAISSER UN COMMENTAIRE