La PIJCA effectue une visite d’évaluation auprès des femmes de Koula Mandjia

0
566
Photo de famille, °image: Saint-Régis ZOUMIRI

Une équipe de la PIJCA conduite par son président M. Belford Michel GBANGOPE s’est rendue ce mardi 10 octobre 2017 au village Koula Mandjia, situé à une vingtaine de kilomètres de la capitale centrafricaine sur l’axe Damara.

L’objectif de cette descente vise à procéder à une évaluation auprès des jeunes femmes et filles, réunies au sein de l’antenne PIJCA de cette localité.

Il y a quelques mois, le bureau de la PIJCA à travers son antenne de PK 22 (route de Damara), a soutenu financièrement les femmes et filles victimes de la crise. Celles-ci avaient reçu chacune la somme de 25.000 FCFA pouvant les aider à développer une activité génératrice de revenu (AGR).

Formées régulièrement par le bureau de la PIJCA sur les techniques de commerces et autres activités vitales, ces femmes ont su faire de ces moyens financiers, un véritable levier de survie, quand on sait qu’une bonne partie d’entre elles ont traversé de moments douloureux pendant cette récente crise.

Après quelques mois d’activités de subsistance, les femmes de l’antenne PIJCA de Koula Mandjia peuvent maintenant passer au bilan.

Ce mardi 10 octobre 2017, l’équipe des femmes du bureau national de la PIJCA est allée à leur rencontre. Reparties en groupe de cinq, les femmes de Koula Mandjia ont exprimé leurs sentiments, mais surtout les difficultés qu’elles ont rencontrées.

Il est certes vrai que beaucoup survivent grâce aux soutiens financiers et réguliers de la PIJCA, mais certaines n’ont pas pu développer le commerce faute d’autres difficultés familiales rencontrées.

L’une d’entre elle témoigne « j’ai reçu 25.000 FCFA tout comme mes camarades. Au début, mon commerce marchait bien, mais pour le moment, les choses ne marchent plus comme avant. J’ai dû par exemple dépenser autant d’argent pour la rentrée scolaire de mes enfants. J’ai trois enfants dont deux jumelles. J’ai été victime de viol pendant cette crise et mes deux jumelles sont issues de ce viol. Donc elles n’ont pas de père… ».

Un témoignage choquant qui ne laisse personne indifférent.

Non loin d’elle, on trouve une autre femme, un peu plus âgée que la première. Elle dit avoir sauvé son pied grâce  à l’aide de la PIJCA « j’ai 76 ans et je souffre terriblement au genou. Mes enfants ne sont pas avec moi et c’est avec le soutien de la PIJCA que je vis. Récemment, mon genou a enflé et j’ai fait recours à une partie de cet argent pour me soigner. Ma situation ne me permet pas de me déplacer, c’est pourquoi vous me voyez faire mon petit commerce à la maison ».

Ces témoignages prouvent à suffisance que la crise que le pays a traversée a laissé des souvenirs fâcheusement indélébiles.

Des familles dont le père est contraint à l’exil forcé ou celle dont la maison a été détruite.

Ce sont ces difficultés auxquelles la PIJCA fait face pour le moment. Heureusement qu’elle s’en sorte bien, grâce aux appuis multiformes de ses partenaires.

Après la séance de causerie avec les formatrices de la PIJCA, le président de la PIJCA M. Belford Michel GBANGOPE a profité du moment pour les encourager et les impulser à surmonter les difficultés quotidiennes, car dit-il, « ces difficultés doivent être le point de départ pour de nouveaux défis ».

GBANGOPE est allé loin en les exhortant à rechercher davantage de cohésion sociale dans leur sein « il est certes vrai que la cohésion sociale est palpable dans votre communauté, mais je nous encourage à ne pas rester à ce niveau. L’objectif n’est pas seulement de distribuer de l’argent ou de vivres, mais nous voulons un cycle permanent de paix et d’entente entre les communautés » a-t-il insisté.

Le président de la PIJCA a réaffirmé à l’endroit de l’antenne de Koula Mandja le soutien sans failles de sa plateforme.

Pour finir, l’antenne de Koula Mandjia a promis réorganiser son bureau dans un bref délai pour plus de dynamisme dans le travail. Une initiative saluée par le bureau national qui a rassuré l’antenne locale de la présence prochaine d’un de ses membres qui participera à la tenue du vote.

Un reportage de Pétrus KOUSSALA

LAISSER UN COMMENTAIRE