La République Centrafricaine accueillera une nouvelle table ronde des donateurs d’ici la fin de l’année

0
154

La République centrafricaine prépare une deuxième table ronde des investisseurs, a-t-on appris de sources proches du processus. L’événement qui bénéficie de l’appui de plusieurs bailleurs de fonds, dont la Banque Mondiale et la Société Financière Internationale, est annoncé à Bangui, la capital du pays, au cours du mois de novembre.Le pays qui sort d’une longue période d’instabilité, travaille difficilement à se libérer du piège des poches de rebellions et de l’exigence de reconstruire l’économie.

En novembre 2016, il avait organisé une autre conférence avec les investisseurs à Bruxelles, en Belgique, et avait reçu des promesses de financement pour 1600 milliards de FCFA.

Mais selon le rapport de mi-parcours présenté au mois de juillet 2017, la communauté des bailleurs a annoncé avoir injecté seulement 940 milliards de FCFA. Dans le détail, on apprend même que le gros de ces financements intègre le portefeuille normal de ces partenaires techniques et financiers.

La prochaine rencontre s’annonce sous des auspices différentes. Le concept sera d’organiser des échanges directs entre les dirigeants du pays et des donateurs et investisseurs, prêts à injecter des capitaux sur des secteur précis.

Le président Faustin Touadera, lui-même ancien premier ministre du gouvernement à l’époque du président François Bozize, doit par ailleurs trouver les bonnes clés pour relever le secteur privé local. Malgré le potentiel dont regorge le pays, les locaux peinent à prendre véritablement part au processus de relance de l’appareil économique.

La réussite de cette nouvelle rencontre est cruciale, car elle fait partie intégrante du plan de redressement économique mis en place avec le Fonds Monétaire International, dans le cadre de la stratégie de relance de l’économie du pays. L’argent permettra d’acquérir les équipements et la ressource humaines nécessaires à la mise en œuvre de ce plan d’urgence.

Idriss Linge

LAISSER UN COMMENTAIRE