L’ambassadeur André Nzapayéké remonte les bretelles à Aurélien Simplice Zingas

0
1278
André Nzapayéké

Très Honorable Président de l’Assemblée,

Je tiens à vous remercier très sincèrement pour m’avoir fait l’honneur de m’accorder le lundi 23 octobre de 11h30 à 13h à votre bureau l’audience qui m’a permis de vous exposer l’agression inqualifiable et honteuse dont j’ai fait l’objet en public de la part du 1er Vice-Président de l’Assemblée Nationale, Simplice Zingas. Comme indiqué, j’envoie cette plainte par écrit tout en réservant une copie à SEM le Président de la République parce que son nom a été cité par le premier vice-président Simplice Zingas lorsqu’il m’a gratuitement agressé en prétextant que je vous aurais adressé avec le Chef de l’état, une fiche administrative le calomniant par rapport à son récent séjour à Pretoria (Afrique du Sud). Je mets également mon Ministre de tutelle en copie parce que cette agression me vise dans l’exercice de ma fonction d’Ambassadeur.

Je suis arrivé à Bangui en provenance de Johannesburg le dimanche 22 octobre. Ma nièce m’a invité à prendre part à un diner chez elle auquel prenait part le premier vice-président du Parlement Simplice Zingas. Je suis arrivé sur les lieux du diner au PK 10 à 15h30. L’Honorable Zingas qui revenait d’une cérémonie à Boali, était déjà sur les lieux. Etaient également présents dans le salon l’Honorable Ndotizo, ancien député t DG de Fox Sécurité, Mme Claudia Ndotizo, L’Honorable Député de Yaloké, M. Lengbé, DG de Tradex, et trois autres personnes dont j’ignore le nom. L »incident s’est déroulé en trois phases.

La première phase s’est déroulée au moment de mon entrée dans la pièce. A peine avais-je mis les pieds dans le salon accompagné de ma nièce, notre hôtesse, que l’Honorable Zingas s’est levé, me pointa du doigt avec agressivité et en vociférant: « voilà le fichiste, l’homme qui a rédigé des fiches contre moi en disant que je suis un soulard ». « C’est un menteur. Il a envoyé des fiches me calomniant au Président de l’Assemblée Nationale et au Chef de l’Etat. Le Président de l’Assemblée Nationale et le Président de la République m’ont montré les fiches rédigées par l’Ambassadeur que j’ai vues de mes propres yeux. Ce n’est pas sérieux de la part de l’Ambassadeur. Les fiches disent que l’Honorable Béa et moi étions saoulés en Afrique du sud, c’est faux, c’est du mensonge ». L’assistance et moi-même étions surpris à la fois par la légereté, le ton agressif et la gravité de l’accusation. On ne s’attend pas à ce que le Premier Vice-Président de l’Assemblée Nationale d’un pays réagisse d’une telle manière.

Deuxième phase. La surprise passée et comprenant que l’affaire prenait une tournure sérieuse, les personnes présentes ont tous tenté de raisonner Simplice Zingas et de le calmer parce qu’il s’agitait de plus en plus. Suspectant que de nombreuses bouteilles d’alcool ont dû être vidées à Boali, j’ai choisi de calmer les choses. Je lui ai dit calmement à plusieurs reprises « mais de quoi est-ce que tu parles cadet, si tu as un problème particulier à régler avec moi, on peut le faire ailleurs ou en famille parce que je ne vois vraiment de quoi tu parles. Nous sommes là pour un repas familial et amical, donc ne mettons pas les autres mal à l’aise avec ce type de comportement ». Toute l’assistance a réagi dans le même sens et les choses se sont un peu calmées. Il m’a même présenté ses collègues et amis qui étaient là et m’a expliqué l’objet de leur visite à Boali. Je pensais que les choses allaient dans le bon sens et j’ai même tenté à plusieurs reprises de détendre l’ambiance en faisant des blagues avec lui.

Troisième phase. Toutes les 5 à 10 mn, il revenait sur ces accusations avec force. Il était décidé à marteler à l’assistance que j’avais vraiment faite quelque chose de mal. Il insistait sur le fait que le Président de la République et le Président de l’Assemblée Nationale détiennent des fiches calomnieuses que j’aurais écrites et sur la base de ces fiches qu’il aurait vues, ces derniers lui auraient posé des questions sur ce qui s’est passé en Afrique du sud.

Voyant qu’il disait du n’importe quoi puisque je n’ai jamais envoyé une fiche ni au Président de la République ni au Président de l’Assemblée Nationale, j’ai cherché à trouver une voie de sortie pour nous permettre de passer une soirée tranquille. Je lui ai alors demandé d’arrêter ce qu’il raconte. Agacé mais toujours sans animosité, je lui ai alors proposé ceci: « Je vois que tu insistes sur cette question parce que tu voudrais certainement que l’assistance ici présente sache ce qui s’est passé en Afrique du sud avec la délégation parlementaire. Pour ne pas que cela nous pourrisse la soirée, si c’est ce que tu souhaites je peux donner ma version des faits. Il a donné son accord.

J’ai donc expliqué ce que je sais, notamment: le vendredi 6 octobre, la Directrice Générale de la société DigOil qui intervient dans la prospection pétrolière dans le sud-ouest de la Centrafrique, est passée à l’Ambassade m’informer de son projet de voyage à Bangui et souhaitait que le message passe au Gouvernement. La délégation parlementaire étant en visite à l’Ambassade au même moment, j’ai organisé une rencontre entre elle et la délégation qui a hautement apprécié l’initiative. Avant de se séparer, la DG de DigOil Mme Brown a invité la délégation parlementaire à un diner pour le mardi 10 octobre, également jour du départ pour Bangui des Honorables Zingas et Béa, les Honorables Zacharia et Yacouba restant quant à eux jusqu’à la fin de la session. Le Ministre de la communication SEM M. Kazagui devant arriver en mission officielle en Afrique du sud le lundi 9 octobre pour une négociation de contrat avec la société Sentech, j’ai souhaité que l’invitation soit également étendue à cette dernière délégation, ce qui fut accepté. La délégation parlementaire a dans la soirée pris part à un diner à la résidence de l’Ambassadeur dans une ambiance conviviale avant de repartir à son hôtel à Midrand. J’ai revu les parlementaires le lundi 10 octobre le matin à la cérémonie d’ouverture du Parlement Pan Africain avant de rejoindre le Ministre Kazagui pour les négociations.

Le lendemain mardi 10 octobre, jour du diner avec la Compagnie DigOil, j’ai pris contact avec la délégation pour organiser leur transport au restaurant pour 18h. Nous avons convenu que l’ancien consul de RCA, M. Didier Pereira avec qui ils ont passé l’après-midi, les y conduirait. Avec la délégation du Ministre Kazagui, je suis arrivé au restaurant à 18h15. Il y avait déjà notre hôte, Mme Brown, mais aussi l’Ambassadeur d’Afrique du sud en Centrafrique, des cadres du Ministère des relations extérieures et de la Présidence sud-africaine. A 18h30, la délégation parlementaire n’étant toujours pas arrivée, j’ai décidé d’appeler pour m’enquérir de leur position. J’ai donc appelé sur le téléphone de l’honorable Zacharia qui était la seule à avoir un numéro local. C’est là où elle me dit en sango ce qui suit: » Excellence, je ne pense pas que les honorables Zingas et Béa seraient en mesure d’aller au diner, ça ne va pas ici. Yé ni à sava apè. Nous sommes toujours chez M. Didier Pereira, le problème ce qu’ils ont tellement bu et mélangé l’alcool, whisky et Cognac, qu’ils sont affalés et ivre-morts dans les canapés. Même moi qui vous parlent, ils ne me reconnaissent pas ». Je lui ai demandé s’ils ne pouvaient pas bouger. Elle me dit « d’après ce que je vois, impossible ». J’ai alors demandé à parler à leur hôte, M. Didier Pereira. Celui-ci me confirma les dires de l’honorable Zacharia, notamment l’impossibilité de les faire venir au diner. J’ai alors convenu avec M. Pereira que dans ce cas, il valait mieux prévenir un scandale éventuel et annuler leur participation au diner. M. Pereira a promis de se charger de leur transport à l’aéroport.

De retour chez moi après le diner, j’ai appelé l’honorable Zacharia pour savoir comment les choses s’étaient finalement passées. Elle m’a répondu que l’honorable Yacouba et elle étaient tellement contrariés par la situation qu’ils sont partis à l’hôtel avant l’heure de départ à l’aéroport. Avant de quitter les lieux, elle a pris la précaution avec l’aide de M. Pereira de bien ranger leurs documents de voyage dans les poches. Les deux honorables ne se sont rendus même pas compte de ce qui se passait. J’ai ensuite appelé M. Didier Pereira qui m’a confirmé les avoir déposé à l’aéroport. Mais comment les choses se sont passées à l’enregistrement et à l’immigration, il n’en savait rien puisqu’il n’est pas resté pour les assister avec les formalités. Je n’étais pas rassuré et j’ai demandé à M. Pereira de ne pas hésiter à me contacter s’il y a un problème. Jusque-là, je crois être dans mon rôle d’Ambassadeur qui cherche à s’assurer que tout se passe bien avec les autorités de son pays en séjour dqns sa juridiction. En plus ce sont des compatriotes avec lesquels j’avais de très bons contacts.

Le lendemain matin de leur départ, c’est mon Conseiller économique M. Ekomo qui m’appelle pour me dire qu’il a été informé par un agent de la sécurité de la Présidence sud-africaine que des officiels centrafricains ivres ont eu la veille un comportement indigne de leur rang à l’aéroport et que l’Ambassade ou le Parlement pan africain serait saisi officiellement par Note Verbale. Ce fut ensuite autour des services de sécurité du Parlement d’informer mon conseiller financier M. Ngodi sur la même question. Le Président du Parlement demanda à me voir le 18 octobre et sollicita mon concours pour la bonne gestion de ce dossier afin d’éviter qu’à cause de tels comportements, ils ne soient mis sur une liste rouge en Afrique du sud, ce qui les empêcherait d’assister aux sessions.

Je lui ai dit que j’allais m’informer auprès des autorités sud-africaines et des honorables concernés pour savoir exactement ce qui s’est passé, mon rôle d’Ambassadeur étant de protéger l’image des autorités de mon pays qui passent dans ma juridiction et de protéger l’image du pays. J’ai contacté les autorités sud-africaines qui m’ont confirmé effectivement l’existence d’une fiche sur les deux parlementaires. J’ai tenté d’appeler l’honorable Zingas sur WhatsApp vainement (je n’ai que ce numéro) et je n’ai pas le numéro de l’honorable Béa de Bangui. Monsieur le Président, c’est ainsi que pour savoir rapidement ce qui s’est réellement passé afin de prendre les mesures nécessaires avant mon voyage à Bangui, et s’agissant de vos proches collaborateurs, j’ai donc décidé de vous appeler pour vous prier de vous rapprocher des deux honorables afin de me dire ce qui s’est passé afin de permettre à l’Ambassade de parer aux méfaits éventuels. D’ailleurs, le vendredi 20 octobre, avant de quitter Pretoria, j’ai eu une séance de travail avec mon staff. J’ai donné la consigne suivante sur cette question: « cette affaire concerne le Premier Vice-Président de notre Assemblée Nationale. Il n’est pas question de diffuser l’information par-ci, par-là. Notre rôle est de protéger l’image de nos autorités et de notre pays. Je ne veux pas que cette affaire s’ébruite à Bangui ». Chaque conseiller de l’Ambassade peut confirmer ce que je dis.

C’est à ce moment de ma narration que l’Honorable Zingas éclate de colère et commence à vociférer en me traitant de menteur, de voleur, de pute qui couche avec les femmes députés, m’accusant d’avoir des relations douteuses avec des femmes parlementaires, qu’il est prêt à me salir. Il poursuit et me traite de vaut rien, d’avoir été un piètre Premier Ministre. Il s’est alors levé et a fait deux pas vers moi dans un état hystérique, criant que je suis un voleur comme Samba-Panza, que nous deux nous avons mis le pays à terre, et que moi je dois savoir que je suis rien désormais, juste un petit Ambassadeur de rien du tout, lui est Premier Vice-Président de l’Assemblée, moi j’appartiens à la vielle classe politique qui a détruit ce pays. Il était donc impossible de l’arrêter. Voyant qu’il était déterminé à me frapper, je me suis levé pour parer à un coup éventuel. C’est à ce moment que ma nièce et les autres sont intervenus pour s’interposer, mais malgré cela, il était déchainé, hors de lui, déversant des insanités que mon éducation protestante ne me permet pas de répéter.

Je ne sais à quel titre il s’est permis de me parler et de se comporter ainsi. Etait-il comme un simple individu ou agissait-il comme Premier Vice-Président de l’Assemblée? Puisqu’il n’a cessé de faire référence à mon petit rang d’Ambassadeur qui n’est rien du tout par rapport au sien, je considère que c’est en tant que Premier Vice-Président qu’il s’exprimait. On était donc dans mélange de genre inacceptable. Nous n’étions pas dans un contexte officiel, mais il brandissait néanmoins son titre pour espérer m’intimider. J’accuse donc l’Honorable Zingas d’abus de pouvoir, de tentative d’intimidation, d’injures publiques et d’avoir porté atteinte à ma dignité. Nous étions dans un cadre totalement privé, mais c’était sur l’Ambassadeur qu’il déversait des allégations purement mensongères et grossières puisque je n’ai jamais écrit une fiche quelconque à qui que ce soit, et d’ailleurs j’ignore ce que c’est qu’une fiche.

Il s’est permis de salir en public l’honneur de l’honorable Zacharia qu’il accuse de fornication simplement parce je suis passé deux fois par son téléphone pour contacter l’équipe et parce qu’elle est passée une fois à la résidence qui est la résidence de Centrafrique et non la maison privée de l’Ambassadeur. Il a divulgué également à tout le monde des insanités sur une amie étrangère dont je préfère taire la nationalité par respect pour elle, également députée au parlement Pan Africain, une amie de 30 ans venue me rendre visite à Pretoria. Je préfère me taire également sur les nombreuses sorties peu diplomatiques du Vice-Président, un Monsieur qui réduit le rôle de ses collègues femmes et des femmes en générale à celui d’assouvir ses besoins les plus vils. Les contentieux qu’il a avec l’Attachée de Protocole de l’Ambassade en est une illustration.

Honorable Président,

Lors de notre entretien du lundi 23 octobre, vous m’aviez informé que selon les allégations du Premier Vice-Président, je l’aurais diffamé en divulguant des informations sur son état d’ébriété, entre autres à Mme Cécile Kolingba et à la soeur ainée de l’honorable Ndotizo. Concernant ces deux personnes, ma réponse est simple: je n’étais pas avec les honorables le mardi 10 octobre quand ils se sont retrouvés ivre-morts. Mais je sais que cela s’est déroulé dans la résidence de M. Didier Pereira, ancien consul de RCA en Afrique du sud, dont la femme n’est autre qu’une Kouet, donc la propre nièce de Cécile Kolingba. En outre, en dehors de M. Désiré Kolingba qui est mon beau-fils, je connais à peine les autres Kolingba et ne serai même pas en mesure de reconnaître physiquement Cécile Kolingba . Quoi d’étonnant que ce qui se passe chez des Kouet soit connu chez les Kolingba. Je ne connais pas Cécile Kolingba et je n’ai jamais mis les pieds chez M. Pereira. Quant à la famille Ndotizo, je connais superficiellement l’honorable, surtout parce que je suis en contrat avec sa société de gardiennage pour la protection de ma résidence de Bangui. Je ne connais aucun autre membre de la famille Ndotizo. Le Premier Vice-Président vous a donc menti d’une manière éhontée, ce que je trouve grave à ce niveau de responsabilité. Il sait ce qu’il a fait en Afrique du sud et il sait comment l’affaire a été ébruitée à Bangui. Etant un homme d’Etat de Premier Plan, ce type d’affaire le concernant devait se régler autrement. Mais il est le premier à le diffuser en public.

Aussi, je vous écris parce qu’il s’agit d’une très haute autorité de l’Etat avec qui j’ai l’obligation de travailler. Si le Code de déontologie de l’Assemblée Nationale permet aux membres du bureau de cette noble institution de trainer le nom du pays dans la boue, je ne m’en mêle pas. Mais ces mêmes autorités doivent savoir que s’il y a dérapage dans un pays, l’Ambassade est la première institution nationale à être saisie et que notre rôle en ta…

Aussi, je vous écris parce qu’il s’agit d’une très haute autorité de l’Etat avec qui j’ai l’obligation de travailler. Si le Code de déontologie de l’Assemblée Nationale permet aux membres du bureau de cette noble institution de trainer le nom du pays dans la boue, je ne m’en mêle pas. Mais ces mêmes autorités doivent savoir que s’il y a dérapage dans un pays, l’Ambassade est la première institution nationale à être saisie et que notre rôle en tant que diplomates est de protéger l’image de notre pays et celle de nos autorités, même si celles-ci ignorent le poids de leur charge et ne se respectent pas eux-mêmes. Je suis Ambassadeur, je fais mon travail pour mon pays et je n’envie la fonction de personne d’autre. J’ai choisi d’être d’Ambassadeur et je fais de mon mieux pour servir mon pays et mes autorités et je continuerai ainsi. Je ne peux toutefois pas permettre qu’une autorité de mon pays abuse de son pouvoir pour salir mon nom et mon honneur. Salir un Ambassadeur, c’est salir le Chef d’Etat et le pays qu’il représente. L’honorable Zingas fait de la diffamation. Il a dépassé les bornes dans le mélange de genre, l’abus de pouvoir et les menaces. J’ai été Premier Ministre dans ce pays et malgré tout il se permet de me traiter ainsi. Je vous laisse imaginer ce qu’il en serait du citoyen lambda, des sans-voix. Ces injures et cette condescendance visent l’ensemble des Ambassadeurs, et je pense au très respecté Grand-frère ancien Premier Ministre et ambassadeur Gbézérabria à qui même un fou en Centrafrique n’oserait dire « tu n’es qu’un petit Ambassadeur de rien du tout ».

Honorable Président, j’étais couvert de honte ce jour-là à la place du Premier Vice-Président. C’est un membre de votre bureau, un de vos proches collaborateurs, je vous laisse le soin d’apprécier comment vous souhaitez mettre fin à ce genre de dérive et faire éviter à l’avenir à la nation qui a assez de problèmes une telle honte. A un titre personnel, mon nom et mon honneur ont été trainés dans la boue. Je demande par conséquent des excuses écrites de la part de l’honorable Zingas, non seulement pour moi, mais aussi pour tous les Ambassadeurs de Centrafrique qu’il a insulté à travers moi, toutes les femmes parlementaires qu’il a trainé dans la boue, mais aussi des excuses au Chef de l’Etat dont il a utilisé frauduleusement le nom ainsi que le vôtre croyant ainsi m’intimider. Je sais et vous savez et le Chef de l’Etat le sait également que je n’ai jamais envoyé une fiche quelconque à qui que ce soit mettant l’honorable Zingas en cause, pourtant il n’a cessé de le marteler à ceux et celles qui assistaient à cette scène de la honte. J’exige également des excuses de sa part pour le staff de l’Ambassade à Pretoria qu’il a également trainé dans la boue, un staff qui se prive de sommeil pour assurer les réservations, l’accueil tardifs et les formalités de départ à l’aéroport, et qui courent des risques tard les soirs sur les routes dangereuses d’Afrique du sud pour le mettre à l’aise.

Honorable Président, je compte sur vous.

Très Haute considération

Amb. Andre NZAPAYEKE Head CAR Diplomatic Mission Tel : +27 12 430 2443/73 Mob : +27 78 828 9411 Email : anzapayeke@carembassysa.co.za Twitter : @nzapayeke

LAISSER UN COMMENTAIRE