Le premier ministre Li Keqiang assiste à l’ouverture de la Réunion Asie-Europe

0
179

Le premier ministre chinois Li Keqiang a assisté jeudi à la cérémonie d’ouverture du 12ème sommet de la Réunion Asie-Europe à Bruxelles dans le cadre de l’engagement de la Chine à intensifier le partenariat entre les deux continents.

Le sommet de cette année, qui aura pour thème « L’Europe et l’Asie : des partenaires mondiaux pour relever les défis mondiaux », devrait réunir les dirigeants de plus de 50 pays asiatiques et européens ainsi que des représentants d’organisations internationales.

« Ce sera une réunion entre des esprits convergents, tous à la recherche des moyens de mieux préserver un ordre international fondé sur des règles, à un moment où la mondialisation est attaquée », a déclaré Nicolas Chapuis, envoyé de l’Union européenne à Beijing. Il a ajouté que la réunion devrait être une bonne occasion de renforcer la coopération Chine-UE. « En raison du contexte général dans lequel la mondialisation est en cause et alors que la Chine est confrontée à de nouveaux défis, nous […] voulons continuer à travailler avec elle pour apporter la stabilité et la prospérité aux deux parties », a-t-il souligné.

M. Chapuis a estimé que la Chine et l’UE devaient œuvrer par le biais de plus de dialogue et d’actions communes afin de relever les défis et les problèmes clés auxquels le monde est confronté aujourd’hui, tels que l’unilatéralisme et la réforme de l’Organisation mondiale du commerce. « Ce que l’UE pense, c’est que l’avenir de la paix, de la sécurité, de la stabilité et de la prospérité réside dans le cadre multilatéral », a-t-il remarqué. « Nous devons tous répéter ce que la Chine et l’UE ont fait à Paris lors de la COP 21 [Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques de 2015], afin de trouver des solutions créatives aux défis auxquels le monde est confronté à l’heure actuelle. Le monde est un. Le temps de la fermeture des frontières, c’est le passé. L’avenir, ce sont des frontières ouvertes. »

Il a précisé que lors du sommet de cette année, une réunion prévue entre M. Li et le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, devrait permettre de discuter de deux documents de coopération, dans le but de réaliser des progrès clairs. « Le premier est un accord sur les appellations géographiques entre la Chine et l’UE, qui est une indication utilisée sur des produits ayant une origine géographique spécifique et destinée à protéger les droits de propriété intellectuelle des produits des deux pays », a-t-il déclaré. L’autre document est un accord global d’investissement UE-Chine, qui vise à élargir l’accès des entreprises au marché, ainsi qu’à fixer des règles pour protéger les investisseurs des deux côtés. Il s’agit d’un traité en discussion depuis six ans, a-t-il fait savoir.

Il a ajouté que la lutte contre le changement climatique et la réponse aux développements internationaux étaient deux domaines dans lesquels il existe un fort potentiel de coopération entre la Chine et l’UE, ajoutant que les deux parties avaient superbement coopéré dans la lutte contre le changement climatique. « La lutte contre la pauvreté, l’éducation des jeunes femmes, l’accès à l’eau potable, les petites et moyennes entreprises, la création d’emplois, la réalisation des objectifs de développement pour 2030. Ce sont des domaines dans lesquels la Chine et l’UE peuvent travailler ensemble », a-t-il noté.

Suivez China.org.cn sur Twitter et Facebook pour rejoindre la conversation.
Source:french.china.org.cn

LAISSER UN COMMENTAIRE