Le représentant de l’OIF en Centrafrique M. Samuel FONKAME salue la vision de la PIJCA

0
295

C’est dans les locaux du siège national de la PIJCA (plateforme interconfessionnelle de la jeunesse centrafricaine) que le représentant de l’organisation internationale de la francophonie (OIF) M. Samuel FONKAME a été reçu par le président de la PIJCA entouré de quelques membres du bureau de cette.

Plusieurs leaders des antennes de la PIJCA des huit arrondissements de la capitale étaient aussi présents à cette rencontre.

Samuel FONKAME est venu échanger avec les membres de la PIJCA, les comprendre à travers leur vision et essayer de trouver ensemble d’autres alternatives pour une sortie de crise rapide en République Centrafricaine, plus particulièrement dans le milieu.

Le président de la PIJCA, M. Belford GBANGOPE ATCHI a tout d’abord ouvert la séance par un mot de bienvenu.

Il n’a pas manqué de remercier M. FONKAME pour avoir fait le déplacement jusqu’aux locaux de la PIJCA.

Ensuite, M. FONKAME s’est exprimé aux membres de la PIJCA tout en les invitant à redoubler d’efforts dans la conscientisation des jeunes centrafricains.

Il a ensuite souligné la nécessité du travail que fait la PIJCA. Dans un langage simple et éloquent, le représentant de l’OIF a appelé les jeunes centrafricains à l’amour de la patrie.

Pour lui, il n’y a rien de plus précieux que la patrie.

L’ancien diplomate camerounais a félicité tout au long de son speech la PIJCA et toute son équipe pour le travail qu’ils ont abattu.

A son tour, le président de la PIJCA a profité de l’occasion pour rappeler la naissance de son structure et la vision qui animait les jeunes centrafricains venus de différentes confessions pour mettre sur pieds la PIJCA.

Pour Mlle Adja, trésorière générale adjointe de la PIJCA, les jeunes doivent s’approprier la vision de la PIJCA qui est celle de faire de la Centrafrique, un pays de paix où chrétien et musulman ont droit de cité.

« L’avenir, on ne le subit pas, on le fait » a-t-elle ajouté.

A la question de savoir quelle est la position de la PIJCA de la question de l’amnistie tant prônée par les groupes armés et certains leaders politiques dans le pays, les responsables de la PIJCA disent opter pour le slogan « zéro impunité, justice avant tout ».

Pour dire que la jeunesse centrafricaine est loin de cautionner l’impunité après plusieurs années de crise qu’a connues la Centrafrique.

Pour finir, M. FONKAME a rassuré les leaders de la PIJCA de son soutien et les encourage à ne pas désespérer, mais à travailler ardemment pour une prise de conscience effective des jeunes centrafricains.

Azoudanga

 

LAISSER UN COMMENTAIRE