Les raisons des affrontements successifs entre les anti-balaka et le FPRC à Bria

0
567

La ville de Bria n’est pas sortie de l’auberge, malgré les efforts entrepris par la Minusca et le gouvernement dans le cadre du processus pré-DDRR. Les groupes armés continuent de s’affronter au vu et au su des Casques bleus.  Ces derniers temps, on signale des affrontements entre le FPRC de Nourrédine Adam et les anti-balaka de Maxime Mokom. Mais quelles sont les raisons de ces affrontements ?

Selon les informations qui nous sont parvenues, les affrontements se sont éclatés suite à l’arrestation d’un conducteur de mototaxi supposé être un mercenaire tchadien ou soudanais, et de l’engin par des éléments anti-balaka aile Mokom. Le lendemain, les chefs des éléments séléka issus du FPRC de Nourrédine Adam ont tenté de mener des discussions en vue de la libération du présumé mercenaire et de sa moto, mais sans succès.

Malheureusement, les éléments anti-balaka ont refusé de remettre et la moto et de libérer le présumé mercenaire. Deux jours après l’échec des négociations, les éléments du FPRC ont choisi de passer à l’offensive afin de libérer leur élément et la moto. Ainsi, leur embuscade a été tendue aux éléments anti-balaka aile Mokom. Du coup, des combats ont éclaté entre ces deux groupes armés rivaux. Le bilan faisait état de plusieurs morts dans les rangs des deux camps et des blessés.

Les combats ont cessé grâce à l’intervention musclée des éléments de la Minusca. Toutefois, les populations de la ville de Bria sont gagnées par la psychose et la peur d’éventuelles représailles.

Gabriel Ouanagna (Le Citoyen)

 

LAISSER UN COMMENTAIRE