LETTRE OUVERTE DU PRESIDENT DE L’ONG INTERNATIONALE ANA HAROUNA DOUAMBA AU PRÉSIDENT CENTRAFRICAIN FAUSTIN-ARCHANGE TOUADÉRA

0
346

MONSIEUR LE PRÉSIDENT, RESTEZ SUR LA BONNE VOIE QUI EST LA LIBERTÉ DU PEUPLE CAR VOUS N’ÊTES PAS À L’ABRI DES DÉNONCIATIONS ENGAGÉES PAR LA COALITION
POUR ÉVITER D’ÊTRE PUBLIQUEMENT AFFICHÉ ET D’AVOIR UNE CARRIÈRE POLITIQUE OFFICIELLEMENT ENTACHÉE, DEMANDEZ AUX OFFICIERS FRANÇAIS QUI SONT DANS VOTRE GOUVERNEMENT ET QUI NE RECONNAISSENT PAS LES CRIMES ORGANISÉS PAR LA FRANCE DE DÉMISSIONNER, LA RÉCRÉATION EST TERMINÉE, NOUS DISPOSONS DE BEAUCOUP D’ÉLÉMENTS DE PREUVES
Excellence monsieur le président de la République Centrafricaine, Faustin-Archange Touadéra, avant tout propos, je voudrais officiellement vous féliciter pour vos prises de décisions courageuses et utiles pour le bien-être et la liberté de votre population. Excellence monsieur le président, je suis Harouna Douamba Président Fondateur de l’ong Internationale Aimons Notre Afrique (ANA). En ma double casquette de président de l’Ong internationale ANA et Président de la coalition Afrique engagée qui regroupe 53 ongs panafricanistes, des leaders de la société civile Africaine, des juristes Africains et des journalistes africains, tous engagés pour la défense des droits du peuple Africain et de leurs dirigeants, je vous adresse ces quelques mots. Notre combat est noble. Il consiste à permettre et protéger les dirigeants Africains qui travaillent pour améliorer non seulement le quotidien de leurs populations, mais qui préservent la liberté, la souveraineté et l’indépendance, qui pour moi, sont les socles de tout développement. Excellence, je me permets à travers cette lettre ouverte de vous féliciter officiellement pour votre engagement indéfectible à faire imposer la souveraineté et l’indépendance de votre pays, à ramener la paix définitive pour le bien-être de votre population encore une fois félicitation. En ce qui concerne le dossier Centrafricain dont nous menons une campagne de dénonciation, de libération et de protection, nous avons été sollicités par votre peuple à travers la société civile Centrafricaine pour vous soutenir dans votre démarche à faire de la RCA, un pays fréquentable ou il fait bon vivre. Excellence monsieur le président, le véritable problème de votre pays est la France. Les crises à répétitions, les pillages des ressources, la manipulation de votre population, sont le fait de la France, seule maître de toutes ces choses. Nous prenons pour responsable des milliers de perte en vies humaines qui y a eu dans votre cher pays, la France. C’est pour cela a la demande de votre peuple, nous avons décidé de vous soutenir officiellement et à 100% . Nous utiliserons tous les moyens pacifiques pour y arriver. Excellence, le dossier de la RCA, est très sensible car un bon nombre de vos compatriotes sont des vendus et des traîtres à la solde de la France. Leur attachement à la France est juste pour des intérêts égoïstes qui les emmènent à être, Français, à avoir des postes et mêmes d’autres attendent d’être installés à votre place par le canal de la France via le Tchad. Excellence, ces intérêts égoïstes poussent vos compatriotes vendus et traîtres, à faciliter le massacre de votre peuple. Invention de crises par ci et par là et jusqu’à vouloir fabriquer l’existence d’une guerre religieuse. Monsieur le président, je me permets de vous donner un avertissement, vous n’êtes pas à l’abri de la campagne de dénonciation que nous avons entamé non seulement pour vous soutenir mais surtout pour la sauvegarde de la souveraineté et la liberté du peuple. En cela, je vous conseillerai de rester sur le chemin de la liberté, de ne pas avoir peur car l’heure de Dieu a sonné pour la liberté de votre peuple et Dieu vous a choisi pour être le commandant de bord du navire appelé le Centrafricain Nouveau (C. N). Concernant, les membres de votre Gouvernement, demandez à tous ceux qui ont eu des comportements ou qui savent qu’ils ne peuvent pas dénoncer la France, de démissionner. Ceux qui ne reconnaissent pas l’implication de la France dans toutes les crises doivent démissionner pour éviter l’humiliation publique car l’heure de la délivrance du peuple Centrafricain à sonné. Excellence monsieur le président Faustin-Archange Touadéra, je tiens à vous assurer que la coalition est décidée à mettre à nu tous ceux, voir tous les complices internes comme externe à travers une campagne rigoureuse de la détérioration de leur image et des articles ciblés à travers nos ongs, nos médias et les médias partenaires. Excellence, si cela ne vous plaît pas, je vous invite à faire recours à la justice, la machine est en marche et elle ne dépend plus de moi, mais plutôt de la coalition.
Mes salutations les plus distinguées à vous monsieur le président de la République Centrafricaine et au vaillant peuple Centrafricain.
Harouna Douamba, président de l’ONG internationale ANA, président de la Coalition Afrique Engagée

LAISSER UN COMMENTAIRE