MICHEL AMINE S´ADRESSE AU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE AU SUJET DE L´USURPATION GRAVE DU NOM ET DU SIGLE DE SON PARTI POUR SERVIR A DES BUTS ETRANGERS AU PARTI

0
305
Michel MAINE, président du parti l’UNDP

Monsieur le Président de la République,

Vous avez été élu Président de la République de la Centrafrique dans l´optique de donner le meilleur de vous-même pour préserver la paix dans un pays déchiré par de nombreuses guerres et menacé d´éclatements.

Vous avez prêté serment devant une nation en larme qui espérait et continue d´espérer de voir en vous le sauveur d´un pays déstabilisé, l´unificateur d´un pays déchiré et l´homme de la situation qui mettrait fin aux milices et groupes armés qui sèment désordre, panique et mort au sein de nos populations et dans l´ensemble de notre territoire national.

 

Bref, l´homme qui essaierait, au mieux, et plus que les autres, de réconcilier tous les Centrafricaines et Centrafricains sans exception, sans tenir compte ni de leurs origines, de leurs langues ou de leurs religions.

 

Vous êtes conscient que réconcilier un peuple comme le nôtre est une tâche ardue qui nécessite du tact et de l´action concertée pour y arriver.

 

Mais comment y arriveriez-vous si vous vous mettiez à scier la branche d´arbre sur laquelle vous seriez assis ?

Comment prôneriez-vous l´unité d´un pays qui vous tiendrait à cœur si vous n´êtes entouré que de gens qui ne désirent pas la paix et qui ne veulent ni pour votre bien ni pour celui de notre peuple ?

Je vous le demande au constat de ce qui se passe sous vos yeux au quotidien et dont certains actes rencontrent même votre approbation et provoquent vos applaudissements.

 

Vous êtes sans ignorer que notre parti l´UNDP s´est constitué en un parti d´opposition à votre gouvernement dans l´unique optique de relever notre démocratie en constituant un contre-pouvoir fort, dont les critiques fondées et responsables auraient pour conséquences de tirer notre pays vers le haut et vers sa dignité.

 

Notre parti n´a jamais été conçu comme un parti va-t’en guerre. Il n´a jamais été pensé comme un parti déstabilisateur de notre nation, au contraire.

 

C´est grâce aux actions politiques de notre parti que notre nation peut se trouver digne dans le concert des autres nations qui connaissent et pratiquent la démocratie comme un signalement fort de leur mûrissement.

 

La Centrafrique a besoin de grandir. Notre pays mérite son développement. Pour cela, il peut accepter et promouvoir des voix contradictoires qui lui ouvrent des chances nouvelles et l´aident à multiplier des idées de progrès consensuels.

 

C´est fort de ces connaissances que je viens vers vous, pour vous prier de mettre fin à ces actions déstabilisatrices de mon parti. L´UNDP n´a jamais constitué en son sein une aile dite « Touadéra ».

L´UNDP dite « mouvance » ou « allié » Touadéra n´existe pas et ne peut l´être.

Les fossoyeurs de notre parti qui ne sont rien d´autres que des personnes qui vous mentent et qui mentent à nos militants, alors qu´ils n´ont aucune base-arrière, ne peuvent rien vous apporter de bon.

 

Que votre Premier ministre et ses complices arrêtent donc de semer la zizanie au sein de notre parti pour vous faire croire qu´ils vous offriront une assise politique dans leur tentative de nous diviser.

 

L´UNDP est une et le restera. Toute velléité à nous diviser est une provocation qui ne restera pas impunie par tous les moyens.

 

L´utilisation du nom et sigle de notre parti par les soi-disant « UNDP allié Touadéra » est une infraction passible de condamnation qui ne saurait être toléré dans un pays de droit. Accorder à des intrus de constituer des carrés de défilé au cours de notre fête nationale et sous vos yeux et applaudissements est un acte éhonté que personne ne saurait digérer.

 

Je me refuse de jouer à ce genre de jeu et à accepter ce genre de comportement antidémocratique et vous prie de mettre personnellement en garde votre entourage constitué de provocateurs qui ne désirent pas la paix dans notre pays, et tirent certainement profit de son déchirement, ou alors ils sont pétris dans la pure ignorance.

 

Comme tout citoyen Centrafricain qui aspire à la paix et au bien-être de nos populations, je m´engage aux côtés de cette paix, à l´instar de Jésus qui l´offrait gracieusement à ses disciples lorsqu´il leur disait : « Je vous donne ma paix, je vous laisse ma paix… » (Jean 14, 27).

Je viendrai bientôt vous voir, afin que nous en parlions de vive voix.

Recevez mes vœux les meilleurs pour un joyeux Noël 2017 et une entrée paisible en année nouvelle 2018.

 

Amine Michel

Président-Fondateur de l´UNDP

A Marseille, le 25 Décembre 2017

LAISSER UN COMMENTAIRE