Projet de destitution du PAN : et si la sagesse guidait les députés centrafricains ?

0
175
M. Abdou Karim Méckassoua

C’est avec beaucoup de surprise et de honte que l’on apprend ces derniers jours en Centrafrique que ses députés s’apprêtent à travailler pour la destitution du président de l’Assemblée Nationale M. Abdou Karim Méckassoua.

Des réunions se sont tenues ça et là et le nom d’Abdou Karim Méckassoua s’affiche partout sur les lèvres dans le milieu politique centrafricain.

On semble donner des raisonnements tendant à ennuager la collaboration entre le Chef de l’exécutif et le Président de l’Assemblée Nationale. Tout cela au grand dam des Centrafricains qui vivent encore dans des situations chaotiques dans l’arrière-pays.

Au-delà de ces comportements regrettables qui n’honorent le peuple centrafricain, il convient de dire haut et fort que l’heure n’est plus à ces genres d’actions. Le Président de l’Assemblée Nationale centrafricaine est un grand homme d’Etat qui a réalisé de grands projets et le pays peut aujourd’hui en témoigner.

Nous avons connu dans le pays une assemblée nationale monocolore où il n’y avait pas d’équilibre dans les décisions politiques. Une telle Assemblée Nationale n’a plus sa place. Que ceux qui cherchent encore à créer de la zizanie entre le Chef de l’Etat et le PAN comprennent que l’heure n’est plus à la division.

Tout le monde le sait. Le pays n’est pas encore sorti de l’auberge. La preuve à Kouango, à Bria, à Mobaye, à Yalinga….que sais-je encore ? La liste est longue, l’insécurité bat encore son plein. Et nous félicitons le gouvernement pour ses nombreuses actions pour le retour des forces armées centrafricaines (FACA). Destituer un président de l’Assemblée Nationale pour des raisons partisanes n’est pas un bon projet pour notre Nation qui doit encore privilégier les opinions consensuelles, gage d’une paix durable.

Nous sommes dans une République où le principe de la Démocratie doit fonder notre existence et notre engagement quotidien à redresser le pays.

Le pays a connu dans un passé récent des griots du pouvoir qui n’ont brillé que par le chantage, la calomnie, les mensonges… On les appelait les animateurs de la radio « Mille collines ».

Chacun en ce qui le concerne avait décrié ces comportements qui ont certainement mis de l’huile sur le feu à un moment crucial où le pays cherchait à trouver une issue favorable afin de sortir de la crise.

Les élections démocratiques de 2016 qui ont porté au pouvoir le Président TOUADERA ont été un réel élan d’unité et de réconciliation entre Centrafricains.

Les élus de la Nation doivent sans tarder prendre conscience de la situation que vit le pays. Ils sont appelés à faire triompher un esprit nationaliste, car il n’y a jamais eu d’homme providentiel en République Centrafrique.

Dans son discours le 02 octobre dernier, le PAN a donné des signaux forts. Il n’a manqué de féliciter le gouvernement pour ses efforts à restaurer de nouveau l’autorité de l’Etat sur toute l’étendue du territoire.

Un tel discours est à apprécier quand on sait que la bonne entente qui existe entre le PAN le président TOUADERA doit être pérennisée.

Ne voyons pas seulement la tête du PAN, mais voyons l’intérêt national qui fonde l’existence du peuple centrafricain.

Béché Ngba Igouma

 

LAISSER UN COMMENTAIRE