QUAND CERTAINS MALINS GENIES MENENT UNE CAMPAGNE DE DENIGREMENT CONTRE L’EAU MINERALE « LA VIE »

0
531

Ce n’est un secret pour personne que la crise militaro-politique qui a frappé de plein fouet la République centrafricaine a occasionné un véritable déséquilibre social à tous les niveaux. Ce pays imbu d’énormes potentialités naturelles s’est vu replonger dans un gouffre abyssal au point que le relèvement peine à se réaliser. Mais il y a lieu de dire que cette situation n’est pas une fatalité puisque certains dignes fils de ce pays ont la conviction que par le travail ils arriveront à remettre sur les rails leur pays.

C’est le cas de certaines entreprises de la place qui continuent à exercer pendant que certaines d’autres pensent que le climat des affaires ne leur est pas propice compte tenu de la situation sécuritaire incertaine.  Cependant force est de constater qu’en dépit des efforts inlassables déployés par ces entreprises et autres sociétés, certains aigris se complaisent dans une concurrence déloyale tendant à nuire ces entreprises qui, à leurs yeux ont commis le « péché de bien travailler » en cherchant à contribuer au bien-être du peuple centrafricain.

La parfaite illustration est celle de campagne de dénigrement menée ces derniers temps par un responsable de l’agence onusienne en l’occurrence, le PAM (Programme Alimentaire Mondiale) tendant à nuire à l’image de marque de l’eau minérale « La vie » du Groupe Industriel Bassam Abir SARL Industrie Import et Export (GIBA) qui a apporté pour sa part une valeur ajoutée à l’économie centrafricaine.

Pour rappel, afin d’accompagner le Chef de l’Etat centrafricain dans la recherche effrénée des voies et moyens pour permettre une contribution effective de mieux-être de chaque centrafricain, la société citoyenne dénommée GIBA a opté d’investir dans le domaine d’assainissement et de vente d’eau ainsi que ses dérivés à la population centrafricaine et aussi de prendre conscience de la sensibilité et de l’importance vitale de son action sur l’ensemble du pays. C’est alors qu’elle a mis à la disposition des Centrafricains de l’eau minérale sous la marque « La vie » très appréciée du public centrafricain. Et faudrait-il savoir que le GIBA a rempli toutes les conditions nécessaires en la matière pour œuvrer dans cette filiale sensible ce qui lui a valu l’obtention de certification internationale « ISO 22000 » relative à la qualité et à la sécurité alimentaire et ISO 9001 relative au système de gestion de la qualité par TUV rheinland qui est un organisme certificateur international basé en Allemagne.

La qualité de cette eau minérale a même été certifiée et confirmée par le service de qualité de la MINUSCA puisque de toutes les sociétés produisant de l’eau minérale en Centrafrique, c’est seul GIBA qui est certifié en la matière.

Malheureusement le responsable du sous bureau du PAM de Bouar  en la personne de M. Wilfrid Roberto Kodjoh a cru devoir alerter ses collaborations et certaines ONG internationale œuvrant en Centrafrique en partageant les résultats des analyses datant du 16 mai 2017 effectuées par l’Institut Pasteur dont les conclusions font état de taux de bactéries aérobies pour la marque « Tanguy » et « La vie » par mail.

Au regard de la certification dont a bénéficié GIBA, cette information s’avère erronée puisque l’Institut Pasteur est un laboratoire de biologie médicale et n’a donc pas qualité pour  ce genre d’analyses. Le seul laboratoire qualifié est celui de l’université de Bangui qui est un laboratoire alimentaire. Ce qui revient à dire que l’Institut Pasteur n’est pas indiqué par ces analyses.

Il s’agit clairement d’une tentative de certains organisations internationales de mener des campagnes de dénigrements tendant à clouer au pilori l’économie centrafricaine. Une telle alerte se révèle suicidaire pour cette entreprise qu’est GIBA qui contribue énormément à l’économie centrafricaine. C’est le lieu d’interpeller les autorités dirigeantes centrafricaines afin qu’elles puissent attirer l’attention de certains ennemis de la nation qui ne cessent de véhiculer des messages tendant à semer la zizanie et la confusion au sein de la clientèle et la population qui consomment l’eau minérale.

Les entreprises qui contribuent à l’économie nationale sont à protéger et GIBA en est une et doit être protégée face à ses concurrents qui usent des méthodes déloyales pour salir son image de marque.

Enfin, cet agent propagandistes des informations erronées qu’est M. Wilfrid Roberto Kodjoh doit comprendre cette campagne calomnieuse est vouée à l’échec et que ses maîtres à penser tapis sont désormais démasqués.

La cellule de communication de GIBA

LAISSER UN COMMENTAIRE