RCA : Le retrait des diplômes à l’Université de Bangui, mystifié par l’administration

0
384
Université de Bangui

Les étudiants de l’Université de la capitale centrafricaine peinent à retiré leurs diplômes de fin de cycle. Pour beaucoup d’entre eux, cet exercice est devenu un véritable parcours de combattants.

« J’avais déposé tous mes dossiers au niveau du service de la scolarité. Du mois de mars à aujourd’hui, je ne suis pas rentré en possession de ce parchemin. Je suis passé à plusieurs reprises sans gain de cause », s’est plaint Sidibé, un des étudiants en fin de formation.

Face à cette situation, la plupart d’étudiants se disent être souvent obligés de déposer les dossiers d’embauche avec l’attestation de succès à cause de la lenteur administrative.

« Je pense que la scolarité ne fait pas son travail. J’avais déposé un dossier concernant le diplôme en carton depuis mars, aucune satisfaction au jour d’aujourd’hui », a fait également savoir Eric, retrouvé à proximité du service de la scolarité.

D’après les informations transmises par les étudiants, « le Ministre doit signer dix diplômes. Pour l’instant, trois seulement sont disponibles ce qu’il ne peut pas viser », a indiqué l’étudiant s’interrogeant sur les responsabilités du membre du gouvernement.

« Nous demandons aux autorités administratives de l’Université de changer de manière de faire et d’avoir l’esprit de responsabilité », a souhaité Hermann, appelant ainsi les autorités académiques à une prise de conscience. Il s’interroge par la même occasion sur le rôle des services publics à l’Université de Bangui.

Le directeur des affaires académiques, interrogé par Radio Ndeke Luka, refuse de se prononcer sur la question. Il dit « ne pas se prêter aux petits jeux » de ces étudiants. Ce responsable indique également ne pas travailler sous pression.

RNL

PARTAGER
Article précédentChine : succès de l’expérimentation du riz de mer
Article suivantLibye: deux dignitaires tribaux assassinés
Saint-Régis Zoumiri est journaliste, titulaire d'un master en communication et nouveaux médias de l'Université Renmin de Chine. Il est actuellement vice-président du GEPPIC (groupement des éditeurs de la presse privée et indépendante de Centrafrique) et consultant en communication dans plusieurs Institutions

LAISSER UN COMMENTAIRE