SCANDALE AU MINISTERE DES AFFAIRES ETRANGERES ET DES CENTRAFRICAINS DE L’ETRANGER : M. WELSON NOEL DAMBE MIS EN CAUSE

0
592
M. W.N. DAMBE

La République Démocratique du Congo qui partage une frontière de plus de 1000 km avec notre pays n’a pas d’Ambassadeur en poste depuis 2016 ; mieux encore, les arriérés de notre ambassade sont de 3 ans, donc depuis l’arrivée de TOUADERA, rien a été payé jusqu’à ce jour, et tout le personnel s’attend au pire.

L’auteur de ce grand scandale qui secoue depuis 2015 le ministère congolais des Affaires Etrangères et de la coopération internationale s’appelle Welson Noël DAMBE, premier conseiller à l’ambassade de la République Centrafricaine en République Démocratique du Congo. Il s’agit des notes verbales qui ont été confectionnées dans des cabinets occultes, nommant certains malfrats comme consul honoraires dans différents pays amis.

Aux mois de mars-avril-mai 2015, périodes correspondant aux congés de l’ambassadeur en poste, le premier conseiller Welson Noël DAMBE et le cabinet des affaires étrangères avaient usé d’une fausse note verbale pour désigner un certain Moshin MOHAMED, consul honoraire de la RCA en Inde.

Cette pratique avait été énoncée par le Ministre Toussaint KONGO DOUDOU dans une note verbale n°015 du 18 juin 2015 n ces termes : « Le ministère voudrait attirer l’attention du ministère des affaires étrangères de l’Inde sur le fait que depuis le début de la crise que connait la Centrafrique, des malfrats ont pris l’habitude d’émettre des faux documents au nom de gouvernement centrafricain en vue de nommer des consuls honoraires dans divers pays ceci, dans le but d’extorquer de l’argent ou jouir des immunités et privilèges diplomatiques au détriments de centrafricain. De ce qui précède, le ministère tient à préciser que la note verbale n°0079/MAEIAF/DIRCAB du 22 avril 2015 n’émane pas du ministère des affaires étrangères, de l’intégration africaine et de la francophonie de la République Centrafricaine et, par conséquent, est nulle et de nul effet ».

Le ministère des affaires étrangères connaissait pourtant l’auteur de cette fausseté ; lais rien n’a été fait en vertu de la loi de l’impunité qui règne en Centrafrique.

Comme si cela ne suffisait pas, un second scandale vit le jour ; le même premier conseiller Welson Noël DAMBE profita encore de l’absence de son ambassadeur en poste pendant la période des élections pour importer frauduleusement au nom de l’ambassadeur 23 containers de diverses marchandises dont nous publierons quelques documents de réceptions.

Le ministère congolais des affaires étrangères ayant suspecté les commandes de par le nombre très élevé des containers en un temps relativement court, l’avait invité pour savoir la vérité.

A cet effet, M. Welson Noël DAMBE avait répondu au directeur général du protocole d’Eta que c’était des dons des partenaires destinés à l’ambassade, et que l’ambassadeur en poste était parfaitement au courant.

Mais puisque le ministère des affaires étrangères congolais n’était pas convaincu, le directeur du protocole d’Etat fut instruit pour vérifier des faits en invitant à son tour, l’ambassadeur en poste à une audience le 10 juin 2016, en compagnie du lieutenant assistant de l’attaché de défense en mission à Bangui.

Au sortir de cette audience qui fit éclater la vérité, l’ambassadeur en poste prit la décision n°001/016/AMB/RCA/RDC/KIN du 10 juin 2016 pour sauver la face et prévenir le pire.

Au lieu d’être sanctionné, le ministre Charles Armel DOUBANE qui protégeait W.N.DAMBE donna des instructions à Chérubin MOLOGBAMA, ambassadeur, directeur de Cabinet du ministère qui demanda par message à Elie OUEIFIO, ambassadeur en poste de se rapprocher de l’agence KENYA AIRWAYS à Kinshasa pour le retrait de ses billets de rapatriement ans autre forme de procès.

Resté seul et devenu chargé d’affaires au sein de cette ambassade, un troisième scandale vit le jour et devient très inquiétant si le ministre des affaires étrangères ne voit pas clair et continue de protéger W.N.DAMBE.

Le protocole d’Etat de la RDC a retiré le passeport diplomatique du premier conseiller W.N. DAMBE qui a utilisé un LAISSER-PASSER pour venir à Bangui.

Motif : le chauffeur congolais qui conduit la voiture de l’ambassade de la RCA à Kinshasa, sur ordre et avec le premier conseiller chargé d’affaires, dans une mission extra service a fait un accident de circulation qui a causé mort d’homme.

Il y eu un grand scandale devant l’ambassade à Kinshasa. Notre chargé d’affaires pour se protéger fit un laissez-passer au chauffeur congolais, lui donna un peu d’argent, et lui conseillé de venir en Centrafrique en attendant que la situation se calme ; il y a de cela un peu plus d’un an que le congolais exfiltré par le chargé d’affaires souffre, sans salaire, loin de sa famille qui a enterré son père en son absence.

Le journal l’Avenir dans ses recherches a rencontré le chauffeur et a demandé à plusieurs reprises à rencontrer notre chargé d’affaires comme le souhaite la déontologie avant notre publication, mais hélas sans succès.

Source : l’Avenir

LAISSER UN COMMENTAIRE