Une incursion a Bokolobo. Pourquoi était-ce nécessaire

    0
    150

    La mission MINUSCA qui se trouvait tranquillement sur la base pendant les combats à Bambari, a décidé de se distinguer. Peur de contrecarrer les mercenaires armés et de les manquer à travers leurs points de contrôle, ils ont décidé de se venger sur les civils. La direction de la MINUSCA a décidé de mener une incursion punitive à Bokolobo, un village qui est contrôlé par le groupe militaro-politique de l’UPC du général Ali Darass. On ne sait pas pourquoi ce territoire a été choisi comme cible d’attaque, bien que tout le monde sache que les bandits sont venus à Bambari du Nord, et le Bokolobo est au Sud.

    Mais la MINUSCA était sérieuse dans son intention de remporter la « victoire ». Au cours de l’incursion, ils ont détruit tout sur leur chemin sans hésiter à commenter leurs « succès » sur la vidéo. Par exemple, il y a un moment où ils fusillent de lance-grenades à réaction un cabanon vide et jettent des grenades à la maison d’un paysan. Rien d’autre que la haine envers les Centrafricains ne peut expliquer leur cruauté. En outre, leur attaque à Bokolobo peut provoquer Ali Darass en représailles. Parce que la MINUSСA n’a pas besoin de paix en RCA. Ils ont besoin d’une guerre constante entre les groupes. Parce que tant que les Centrafricains se tuent, les commandants de la MINUSCA gagnent beaucoup d’argent.

    C’est pourquoi nous nous adressons au Président Touadéra et aux dirigeants des groupes militaro-politiques ! Tant que vous ne pouvez pas négocier, les mercenaires et les étrangers arrachent nos terres, pillent et tuent nos hommes.

    La récdaction

    PARTAGER
    Article précédentCentrafrique: chronologie de la bataille de Bambari
    Article suivantLa victoire des FACA dans la bataille de Bambari
    Saint-Régis Zoumiri est journaliste, titulaire d'un master en communication et nouveaux médias de l'Université Renmin de Chine. Il est actuellement vice-président du GEPPIC (groupement des éditeurs de la presse privée et indépendante de Centrafrique) et consultant en communication dans plusieurs Institutions

    LAISSER UN COMMENTAIRE