A Bouar, anti-balaka et ex-séléka enterrent la hache de guerre

0
200
A Bouar, anti-balaka et ex-séléka enterrent la hache de guerre

~A Bouar, anti-balaka et ex-séléka disent «ne plus servir de tremplin» pour la prise du pouvoir en Centrafrique.

Debout comme un seul homme, les ex-combattants de Bouar, Anti-balaka et Ex Seleka, confondus, se sont massés à la place du monument des martyrs, sis au quartier Mossoro, pour battre le macadam. L’objectif pour ces marcheurs est de prôner la paix. Aussi s’agit-il pour eux de convaincre leurs frères d’armes encore réticents à adhérer au programme du pré-DDR. Sous une forte escorte des éléments de la MINUSCA, les marcheurs, estimés à un millier, combattants et sympathisants, ont bravé la chaleur pour, disent-ils, « prouver à la communauté de Bouar et celle du pays tout entier leur volonté manifeste de participer au processus de paix et au développement de leur terroir. » Vêtus de Tee-shirts blancs sur lesquels est écrit « Je veux la paix, je rends mon arme », les marcheurs ont emprunté l’axe Mossoro – Combattant en passant par le quartier Camp de Roux, rond-point PKO, la mairie et le marché central. En début de procession l’on pouvait voir une banderole sur laquelle était inscrite : « MOI ANTI BALAKA EX COMBATTANT DE BOUAR, J’ADHERE AU PROCESSUS DU PRE-DDR ET DDRR ».

Un message qui en dit long sur la motivation des marcheurs. En attestent les témoignages de cette ex-combattante, Nina WALINGONBE, qui porte son enfant sur le dos « cette marche pour la paix est une occasion pour nous de montrer un autre visage des ex-combattants. Cela va certainement changer le regard et la perception des autres à notre égard ». Le chef de file des ex-combattants engagés dans le pré-DDR à Bouar, Patrick Boutele-Zemba a quant à lui parlé en ces termes « Par ce geste, nous scellons notre retour officiel dans la communauté », renchérit. Sur une distance de plus de quatre kilomètres, les marcheurs ont terminé cette procession devant le bâtiment de la Jeunesse Pionnière Nationale où le sous-préfet de Bouar et quelques personnalités de la MINUSCA les attendaient.

Au nom du gouvernement centrafricain, M. Levys Mbaipou les a remerciés pour cette initiative « Cela démontre votre détermination à œuvrer pour la paix en Centrafrique et le développement de Bouar », a-t-il déclaré. Comme pour terminer en beauté cette activité, première du genre dans la capitale de la Nana Nambere, les ex-combattants ont servi à l’assistance une belle représentation théâtrale qui retrace les péripéties de ce conflit et l’intervention de la MINUSCA jusqu’à la mise en œuvre du programme pré-DDR. Sur scène, les comédiens ont ressorti l’intérêt de ce programme et son impact sur le vécu des bénéficiaires et des populations locales.

Prenant la parole, le chef du bureau DDR de Bouar, Clément Anatole Bannem, a saisi cette tribune pour rappeler l’esprit de cette marche qui entre dans le cadre des journées portes ouvertes de la MINUSCA DDR : le lancement officiel des journées portes ouvertes de la MINUSCA DDR, qui se tiendra du 10 au 12 novembre prochain à Bouar. Ces journées seront marquées par la remise officielle des bâtiments réhabilités par les bénéficiaires du Pré DDR ; par une table ronde sur les acquis du programme et ses perspectives ; enfin, par une exposition des activités des bénéficiaires et un match de football est prévu à cet effet.

De notre correspondant à Bouar

LAISSER UN COMMENTAIRE