~ RCA : le deuxième tour du baccalauréat entaché d’immenses irrégularités

0
188
~ RCA : le deuxième tour du baccalauréat entaché d’immenses irrégularités

Convoqué pour ce jeudi 11 Août 2016, le deuxième tour du baccalauréat 2016 commence avec d’innombrables irrégularités. Plusieurs candidats admis au second tour se disent surpris de ne pas voir leur nom sur les listes. Pour une énième fois, la responsabilité du ministère de l’enseignement supérieur est engagée. Des candidats appelés à composer le deuxième tour du baccalauréat montent au créneau pour dénoncer ce qu’ils qualifient de sabotage. Ils sont nombreux à constater que leur nom a été omis (ou enlevés) de la liste des candidats du second tour. Ils pointent du doigt accusateur le ministre de l’enseignement supérieur ou encore la direction des examens et concours qui n’ont rien fait ou laissent faire le désordre dans l’organisation de cet examen « c’est irresponsable de leur part. Cet examen devra être organisé depuis le début d’année. Ils attendent toujours la veille de l’examen pour faire de l’à peu près » s’indigne un candidat.

Très loin, on retrouve une candidate assise au pied d’un arbre, la tête baissée «je suis vraiment abasourdie. Nous devons composer ce jour et je ne vois pas mon sur les listes. Ils (les organisateurs du bac) nous ont dit d’aller composer et ils verront après, mais je ne peux pas prendre ce risque » s’insurge-t-elle.

Dans le passé, certains candidats ont composé le deuxième tour alors que leur nom a été omis. Cela a été une peine perdue puisqu’aucun d’entre eux n’a pu décrocher l’examen. Le premier tour de cette année a été vivement critiqué. Plusieurs noms des étudiants de la première, deuxième ou troisième année de licence à l’université de Bangui ont été cités parmi les admis ou encore les admissibles.

Depuis sa prise de fonction il y a quelques mois, le ministre de l’enseignement supérieur ne cesse de faire l’objet de plusieurs critiques. Des observateurs de la vie politique le trouvent dépourvu de bonnes initiatives censées améliorer le système éducatif centrafricain.

Ce problème est une réel épine sous les pieds du Président Touadéra qui lui aussi, est un enseignant.

Pétruce Koussala, Bangui

LAISSER UN COMMENTAIRE