Centrafrique : 20 000 civils fuient les combats à Bria qui ont déjà fait 17 morts

0
200

Au moins 20 000 civils se sont réfugiés dans une base onusienne alors que des violences se poursuivent à Bria, dans le nord-est de la République centrafricaine.

Ces combats, qui ont débuté ce mardi entre les milices chrétiennes anti-balaka et le Front pour la renaissance populaire en Centrafrique (FRPC), principale faction de l’ex-coalition rebelle de la Séléka, ont déjà fait 17 morts selon Hervé Verhoosel, responsable de la communication de la Mission des Nations unies en Centrafrique (Minusca).

Selon ce responsable de l’ONU, les combats se sont concentrés ce vendredi matin à l’aéroport de Bria entre les deux milices après qu’elles aient pillé des bases d’agences humanitaires et un entrepôt. Certains des hommes armés ont par ailleurs tenté d’incendier des maisons dans cette ville qui abrite pas moins d’une cinquantaine de travailleurs humanitaires.

La situation qui prévaut dans la ville est “calme mais imprévisible”, prévient la Minusca. Des Casques bleus ont certes été déployés dans des lieux stratégiques de la ville, mais Médecins Sans Frontière craint à présent que le conflit ne redevienne un conflit ethnique. Et ce, d’autant que les hommes armés ont ciblé lieux de culte et des offices du gouvernement. “Ces hommes attisent les divisions ethniques et religieuses”, a écrit l’ONG dans un communiqué.

Depuis le 8 mai, 150 personnes dont six Casques bleus ont été tuées lors d’attaques dans la ville du sud-est de Bangassou, dans la ville du sud d’Alinadao et à Bria, selon l’ONU, qui a averti que le nombre de morts pourrait augmenter.

Jeudi, les Nations unies se sont alarmées de l’usage inhabituel d’armes lourdes en Centrafrique, faisant planer une recrudescence de combats violents dans ce pays ravagé par une guerre violente depuis 2013.

LAISSER UN COMMENTAIRE