RCA: LA PIJCA RENCONTRE LES EX ANTI-BALAKA DE BOIENG ET BOYRABE

0
192

La PIJCA (plateforme interconfessionnelle de la jeunesse centrafricaine) continue toujours dans la lancée de la cohésion sociale en République Centrafricaine.

Après Bossangoa et Boda où les membres de la PIJCA  se sont rendus pour parler de la paix et du développement en Centrafrique, ils ont rencontré une fois de plus les ex anti-balaka dans la ville de Bangui.

Ce jeudi 01 Juin 2017, la PIJCA accompagnée de son partenaire M. Bruno du CCFD a été à la rencontre de ces ex-combattants pour les écouter et voir dans quel sens les efforts peuvent être faits pour les former pour qu'ils soient utiles dans la société.

Au quartier Boeing, la délégation de la PIJCA conduite par son vice président M. Ousmane DJIDA a été reçue par le commandant de zone de Boeing M. NGANABEAM Bertin entouré de d'une vingtaine de ses éléments.

Ceux-ci ont souligné qu'ils sont systématiquement oubliés et rejetés par le gouvernement centrafricain alors qu'ils doivent être considérés comme des "libérateurs", faisant allusion à leur incursion dans la ville de Bangui alors que la Séléka état encore au pouvoir.

Pour eux, le gouvernement centrafricain devrait faire plus, en les remerciant et les former pour qu'ils aient des métiers pouvant leur permettre de s'occuper chacun de sa famille.

Pour M. Aubin OROSSERE, l'un des ex anti-balaka, "l'heure n'est plus à la guerre, ni à la haine, nous devons faire la paix et cette paix est déjà là".

Il argumente ses propos par le fait que les habitants de son quartier n'ont plus peur d'aller faire leurs courses au KM5 et vise versa.

A Boyrabe, les ex anti-balaka sont beaucoup plus énervés de voir que leur nom est associé à tout acte de violence dans le pays.

" nous avons décidé de ne plus nous asseoir avec qui que soit. Notre nom a été sali et on nous assimile à des bandits" rétorque le secrétaire général des ex anti-balaka, qui avait aussi pris part au sommet de Rome, organisé l'ONG Sant 'Egidio.

Un autre ira plus loin pour parler d'ingratitude de la part du gouvernement " le gouvernement est ingrat. Ce que les ex anti-balaka avaient fait mérite un remerciement. Nous, on ne parle plus. On laisse les choses aller. C'est Dieu qui pourvoira à tout".

Pour le coordonnateur chargé des opérations "la PIJCA est son partenaire sont les bienvenus. Puisqu'ils viennent parler de la cohésion sociale et pour des stratégies pratiques pouvant nous aider, nous les félicitons et les encourageons à rester sur cette voie".

Les ex anti-balaka rejettent systématiquement les accusations selon lesquelles, ils ont opéré aux côtés de FPRC pour attaquer les compatriotes peulhs de Bangassou et Alindao.

" Nous ne sommes pas dans ça. C'est la MINUSCA et la communauté internationale qui manipulent tout, car ils gagnent énormément dans la crise centrafricaine" rétorque encore le secrétaire général des ex anti-balaka.

Notons que les rencontres de ce jeudi 01 juin se sont déroulées sans incidents. Les deux rencontres ont vu la présence de nombreux compatriotes chrétiens et musulmans s'asseoir autour d'une seule table.

Comme quoi, la crise centrafricaine n'est pas religieuse.

La rédaction

 

 

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE