LA HAUTE AUTORITE CHARGEE DE LA BONNE GOUVERNANCE ECHANGE AVEC LES MEDIAS NATIONAUX

0
428

Quelques mois après leur élection et leur installation comme membres du bureau de la haute autorité chargée de la bonne gouvernance (HABG), le bureau de la HABG a conféré ce matin 29 Juillet 2017 avec les médias nationaux.

C’est la salle de conférence de l’ENAM (école nationale d’administration et de magistrature) qui a servi de locale à cette conférence de presse.

Le Président de cette Institution Dr Guy Eugène DEMBA  a tout d’abord rappelé le contexte et la justification de la création de la HABG.

Pour lui, la mal gouvernance, la marginalisation de l’intérêt général, l’absence d’équité, la forte pression de l’inégalité, l’impunité en un mot, l’absence notoire d’une vision à long terme d’une société centrafricaine unie et prospère, capable de franchir des étapes pour réaliser des défis, ont conduit aujourd’hui à la création de la HABG.

Le Président de la HABG  a aussi rappelé la composition et la mission de l’Institution qu’il dirige.

Cette composition, la mission et le fonctionnement de la HABG sont déterminés par la Loi organique n°17.005 du 15 février 2017.

Celle-ci dispose à son article 5 que l’Institution est composée de dix neuf (19) membres dont obligatoirement six (6) femmes.

Aussi, le Décret n°180, approuvant le Règlement Intérieur de la Haute Autorité chargée de la Bonne Gouvernance a été signé le 05 mai 2017 en application de la Loi organique de l’Institution.

C’est dans le chapitre 2 de ce décret, notamment dans les dispositions des articles 9 à 20, qu’on approuve les différents organes de l’Institution à savoir l’Assemblée Plénière, le Bureau Exécutif et en appoint, les quatre commissions permanentes spécialisées.

Il convient de souligner enfin que la spécialité de chaque commission correspond aux grands axes qui fondent la mission de la HABG.

Disons que la HABG a aussi pour mission de promouvoir la transparence dans la gestion des affaires politiques, administratives, économiques, financières, de prévenir et de lutter contre la mal gouvernance.

Deux modes de fonctionnements sont à retenir au sein de cette Institution: la voie de rapportage et la voie de saisine. La procédure devant elle se présente ainsi. Il convient de noter d’emblée que le travail de la HABG n’est pas à priori de se substituer aux différents organes de l’exécution des tâches administratives ou du contrôle de notre Administration publique.

Pour finir, soulignons que c’est à titre que la Loi Organique n°17.005 du 15 février 2017 pourtant création de la HABG a été adoptée et promulguée puis pourvu de ses membres et de quatre (4) commissions permanentes spécialisées par le Décret n°17.112 du 22 mars 2017, du Président de la République.

Saint-Régis ZOUMIRI

LAISSER UN COMMENTAIRE