Les chiffres du tourisme en Afrique

Les chiffres du tourisme en Afrique

Le tourisme est un secteur qui connait encore bien des difficultés sur le continent africain à cause des guerres civiles et de l’instabilité politique pratiquement omniprésentes dans de nombreux pays. Si vous souhaitez connaitre davantage concernant ce secteur qui devrait être un pilier de l’économie locale, découvrez le survol des chiffres clés de ces dernières années.

67 millions : le nombre de touristes en 2018

Le secteur touristique a enregistré en Afrique des chiffres impressionnants s’élevant à 67 millions de touristes pour l’année 2018, selon l’Organisation Mondiale du Tourisme.

Les chiffres du tourisme en Afrique
L’Afrique a accueilli près de 67 millions de touristes en 2018.

Bien que le continent soit encore loin des réalisations colossales de l’Asie du sud-est et de l’Europe, les chiffres sont encourageants dans la mesure où la majorité des pays ont été longtemps en proie à des guerres civiles, instabilité politique et à d’autres insécurités qui ont contribué à régresser ce secteur.

12,3 millions : les touristes ayant visité le Maroc en 2018

Le Maroc est l’un des leaders du tourisme africain. Enregistrant plus de 12,3 millions de touristes pour l’année 2018, c’est plus de 8 % de plus par rapport à l’année précédente. Ces chiffres représentent un véritable record selon les responsables au sein du tourisme marocain et une nette progression est attendue dans les prochaines années.

Afin d’attirer un plus grand nombre de touristes, le Maroc propose des offres de plus en plus diversifiées sophistiquées comme la station balnéaire à Dakhla où des compétitions de kitesurf s’y déroulent régulièrement, notamment une étape du championnat du monde.

8 millions : le nombre de nouveaux emplois envisagés d’ici 2030

Bien que le tourisme soit encore précaire en Afrique, ce secteur représente 1 emploi sur 7 dans tout le continent. C’est dire combien il est important dans la vie de la population locale.

De plus, l’Afrique, dans sa globalité, représente une véritable opportunité touristique si l’on ne cite que ses étendues sauvages se dispersant sur la majeure partie du territoire.

C’est dans cette optique que le Conseil Mondial du Tourisme et du Voyage (WTTC) prévoit plus de 8 millions de nouveaux emplois générés par ce secteur dans les 10 années à venir.

8,6 % : croissance du tourisme en 2018

En 2018, le nombre de touristes dans le monde a atteint des sommets avec des chiffres allant jusqu’à plus de 1,3 milliard. Ce nombre est considéré comme un record depuis près d’une décennie.

Et ce résultat est rendu possible grâce notamment à l’essor du tourisme africain qui a connu une croissance considérable, plus de 8,6 %, ce qui est légèrement mieux que celui enregistré en Europe avec 8,4 %.

Cette augmentation est espérée être régulière dans les années à venir afin de confirmer la réelle évolution dans le sens positif de la marche de la situation touristique dans le continent africain, permettant à l’économie d‘y trouver un véritable levier pour le développement.

25 millions de dollars : perte en revenu annuel touristique suite au braconnage

Un des freins du développement du tourisme africain réside dans l’existence des actes de braconnage qui sont encore difficilement maitrisés par les autorités locales.

Les éléphants sont parmi les victimes les plus importantes du braconnage pour leurs ivoires. Les revenus annuels du tourisme africain accuseraient une perte de plus de 25 millions de dollars à cause de cet acte.

En effet, l’affluence des touristes dépend en grande partie de la présence des éléphants qui sont parmi les raisons majeures de la venue des touristes étrangers dans le continent. Cependant, cette population a diminué de plus de 30 % en l’espace de 7 ans, entre 2007 et 2014.

Pour information, les ivoires récoltées suite au braconnage sont expédiées en Asie avant d’être traitées et transformées en objets de décoration.

Les chiffres du tourisme en Afrique
Le braconnage ralentit la croissance du tourisme en Afrique.

Les chiffres du tourisme en Afrique du nord

Le Maroc pointe en tête du tourisme nord-africain, comme dans tout l’Afrique. La Tunisie et l’Algérie ainsi que l’Egypte redressent lentement, mais sûrement la barre avec une croissance régulière ces dernières années.

La Tunisie compte plus de 7 millions de touristes, l’Algérie vise dans les 5 millions de nouveaux visiteurs dans la décennie à venir et l’Egypte enregistre les 8 millions d’entrée en 1 an.

Les chiffres du tourisme en Afrique australe

L’Afrique du Sud prône la première place avec 10,29 millions de visiteurs en 2017. Le Botswana suit le rythme avec plus d’1 million ainsi que la Namibie, Lesotho et Swaziland avec chacun des chiffres avoisinant le million de visiteurs.

Bien que les autres pays soient loin derrière en termes de chiffres, une croissance est constatée de leur part, ce qui est encourageant pour l’avenir.

Les chiffres du tourisme en Afrique de l’est

Le tourisme connait une nette progression en Afrique de l’est. Le Zimbabwe est en tête avec plus de 2,5 millions de visiteurs en 2018, suit le Mozambique avec également plus de 2 millions et l’Ouganda.

L’île Maurice, les Seychelles et Madagascar sont des îles à vocation touristique qui enregistrent respectivement 1,27 million, 303 000 et 295 000 entrées pour l’année 2016.

Les chiffres du tourisme en Afrique de l’ouest

Après une longue crise politico-militaire, la Côte d’Ivoire se remet peu à peu à conquérir les visiteurs étrangers en enregistrant plus de 1,58 millions de touristes en 2016. Le Sénégal, le Ghana et le Cap Vert figurent également dans les premières places du classement.

Le Togo et le Bénin ne font pas pâle figure avec respectivement 330 000 et 267 000 touristes en 2016. Enfin, les destinations telles que le Nigéria, Libéria, Mali ou le Niger sont encore déconseillés pour des raisons de stabilité et de sécurité.

Les chiffres du tourisme en Afrique centrale

Il s’agit de la zone la moins touristique d’Afrique. Seul le Cameroun dépasse le million de touristes. L’Angola régresse sur le plan touristique avec seulement environ 400 000 visiteurs en 2016, soit un tiers de moins qu’il y a deux ans de cela.

Il est vivement déconseillé de se rendre en Centrafrique, en république Démocratique du Congo et au Tchad pour des raisons d’instabilité politique, de guerre civile et d’insécurité.