Centrafrique : un casque bleu tué et trois autres grièvement blessés à Gambo

0
617
Une patrouille des casques bleus près de Bangui

Des casques bleus égyptiens sont tombés dans une embuscade tendue par des groupes d’autodéfense dans la localité centrafricaine de Gambo (sud-est), faisant un mort et trois blessés, selon un communiqué de presse publié dimanche par la mission onusienne en Centrafrique MINUSCA.

Dans ce communiqué, la MINUSCA signale que l’attaque a été perpétrée « dimanche matin par des éléments armés affiliés à la mouvance anti-balaka près de la ville de Gambo dans la préfecture du Mbomou ».

Un convoi logistique de la MINUSCA à destination de Pombolo passait par-là afin de renforcer la base opérationnelle de la force, poursuit le communiqué. Les localités de Pombolo et de Kémbé, non loin de Gambo, avaient fait l’objet d’une attaque des autodéfenses contre des sujets musulmans.

L’évacuation des casques bleus victimes de cette attaque s’est faite à l’aide de deux hélicoptères dépêchés depuis la ville centrafricaine de Bria (centre-nord). « Cinq assaillants ont été neutralisés et le reste a pris fuite », précise le communiqué.

La MINUSCA a déploré cette attaque, qui fait entorse à une initiative de l’Union africaine pour la paix et la réconciliation en République centrafricaine (RCA) visant le redéploiement des préfets et sous-préfets dans leurs zones de juridiction, en prélude à la restauration de l’autorité de l’Etat.

Le Représentant spécial du secrétaire général des Nations Unies (ONU) en RCA et chef de la MINUSCA, Parfait Onanga-Anyanga, tout en présentant ses condoléances aux familles des victimes, a condamné avec fermeté cette nouvelle attaque, rappelant que toute atteinte à la vie d’un soldat de la paix peut être considérée comme un crime de guerre passible de poursuite par la justice nationale ou internationale.

Selon les chiffres de la MINUSCA, la mort de ce casque bleu égyptien porte à 13 le nombre de casques bleus ayant perdu la vie dans des attaques depuis le début de l’année 2017 dans le pays.

LAISSER UN COMMENTAIRE