INSTITUT INTERNATIONAL SHOGHI : quand l’éducation devient un métier

0
536
Une belle vue de quelques élèves

Nous sommes à l’institut international Shoghi, situé à PK 11 route de Damara (sortie Nord de la capitale Bangui), il est 06h45 et les élèves courent de partout pour la levée des couleurs et la rentrée en classe.

Pointés au portail principal de l’école, nous aperçûmes plusieurs centaines d’élèves qui suivent avec attention, les instructions qui suivent la lavée des couleurs.

Une fois fini, les élèves n’ont pas attendu à se présenter dans leur salle respective. Pour bien toucher les choses des doigts et étancher notre soif de découvrir ce complexe qui a fait parler de lui et surtout positivement, nous avions passé en revue toutes les salles.

C’est là que nous allons constater non seulement la beauté de la maison, mais aussi la rigueur  des enseignants et l’assiduité des élèves.

Pendant que les cours se déroulent, une équipe se dirige sur le terrain appelé « terrain RDOT ». Grande a été notre surprise d’entendre qu’il s’agit d’une équipe des jeunes filles et garçons, formés en handball, football et athlétisme.

  1. GABATO, un des cadres du complexe qui nous a accueillis dit attachement quant à l’avenir de ces futurs handballeurs « nous avons initié cela, parce que ce sont des sports que nous aimons. Nous voulons former les enfants dans ce sens. Ils seront nos remplaçants d’ici demain ».

Aussi, M. GABATO en a profité pour nous présenter l’institut SHOGHI «  nous avons chez nous la maternelle, le primaire, le lycée avec l’ouverture des classes de 2de AB et C. Il y a également l’enseignement supérieur professionnel. A la maternelle, l’âge est de 3 à 5 ans. Je tiens aussi à préciser que l’anglais et l’informatique sont initiés dès la maternelle. Les conditions de paiement se font par tranche et le coût annuel est à 70.500 FCFA».

Des coûts raisonnables quant on sait SHOGHI recrute des enseignants compétents, disponibles et expérimentés pour un avenir garanti des enfants.

Cet institut, classé déjà parmi les meilleurs du pays, a ouvert une filière très importante : le transit et déclarant en douane.

Cela a été possible vu que les demandes sont croissantes.

Cette formation couvre 09 mois et 03 mois de stage avec un niveau requis de BEPC.

L’institut SHOGHI ne s’est pas arrêté là. L’école de la méritocratie par excellence, SHOGHI privilégie avant tout la qualité et non la quantité.

Les nouveaux élèves, venus d’autres établissement sont obligatoirement soumis à un test de niveau.

Aussi, une réduction de 10% sur les frais d’écolage est accordée à partir du 3è enfant.

Une bonne politique qui ne laisse personne indifférent.

Au seuil de la concession de l’institut, nous avons rencontré un couple  qui vient accompagner son enfant. Le mari nous dit pourquoi sa famille a préféré SHOGUI à d’autres établissements « SHOGHI est une réelle référence. Cette école ne donne pas seulement l’éducation, mais aussi l’instruction, le civisme, que sais-je encore. Vous voyez que tout l’alentour est là, parce que les bonnes écoles sont loin et nous préférons rester tout proche. Depuis que Marlyse (le nom de sa fille) est ici, elle s’exprime petit à petit en anglais, et c’est une joie pour nous les parents ».

SHOGHI a un programme pour les pré-jeunes c’est-à-dire ceux de 10 à 15 ans. Ce programme a pour objectifs de contribuer à la culture générale, à la formation du caractère et à l’ouverture d’esprit de ces jeunes.

A SHOGHI, les effectifs sont limités. Cela, pour permettre un suivi personnalisé des élèves et étudiants.

L’information en plus de l’anglais est initiée dès la maternelle.

Grace à son réseau des entreprises partenaires, 2IS offre des possibilités de stages à ses étudiants.  A SHOGHI, on y trouve des locaux modernes et un environnement de qualité.

Ce n’est plus un rêve, mais une réalité. SHOGHI est une grande opportunité, un portail tourné vers l’avenir des jeunes.

Pour finir, disons qu’en plus des études, SHOGHI SPORTS ACADEMY dispose d’une école de football, de handball et également d’athlétisme avec des entraineurs compétents et expérimentés, qui forment les élèves du primaire au secondaire dans ces trois disciplines sportives et contribuent ainsi à sa manière à la formation des pépinières de football, de handball et d’athlétisme de Centrafrique.

Un reportage de Pétrus KOUSSALA

LAISSER UN COMMENTAIRE